ATHLETICS-OLY-2016-RIO

Crédit : AFP

Brésil 2016

Barber déçoit, da Silva l'emporte

Pierre Durocher / Agence QMI

Publié | Mis à jour

Coup de théâtre lundi soir lors de la finale du concours du saut à la perche alors que le Canadien Shawn Barber, champion du monde en titre, a été rapidement éliminé après avoir raté ses trois essais à 5,65 m.

Barber, originaire de Toronto, est l’un des deux seuls sauteurs du monde à avoir déjà atteint la marque de six mètres, l’autre étant le détenteur du record mondial, le Français Renaud Lavillenie.

Pour une déception, c’en est toute une pour le Canada qui croyait bien que Barber allait récolter la 13e médaille du pays à ces Jeux de Rio.

Barber en était à sa première participation aux Jeux olympiques et il était visiblement très nerveux.

Sa foulée à l’arrivée était trop courte et il ne prenait pas une bonne vitesse avant de s’élever.

Astres mal alignés

«C’est décevant, a commenté Barber. C’est un sport très technique et tous les astres doivent être bien alignés. Je n’ai pas été en mesure de bien exécuter mes sauts.

«Les conditions (la pluie) n’ont certainement pas aidé, mais ça fait partie du jeu, a-t-il ajouté. Je ne peux pas me mettre à pointer les autres du doigt.

«Il y avait beaucoup de pression. J’ai donné tout ce que je pouvais. Ce n’était pas ma journée et ça n’a simplement pas fonctionné pour moi.»

Ce fut une soirée cauchemardesque pour les sauteurs. La pluie a tout d’abord retardé d’une heure le début de la compétition.

Situation ridicule

Puis, comme si les conditions ne causaient pas suffisamment de maux de tête comme ça aux 12 finalistes, ils ont dû composer avec un autre retard causé par des problèmes techniques pour élever la barre à 5,65 m.

Le vétéran analyste Jean-Paul Baert n’a pas mâché ses mots sur les ondes de Radio-Canada, traitant les organisateurs d’amateurs.

«Je n’ai jamais vu pareille situation aux Jeux olympiques. C’est une bande de guignols. Ce n’est pas une compétition scolaire, voyons!» a-t-il lancé tout en qualifiant l’équipement de bon marché.

De plus, lorsque la pluie a commencé à tomber, n’aurait-on pas pu protéger d’une bâche la piste où les sauteurs prenaient leur élan ou encore le matelas où ils retombaient après avoir effectué leurs sauts?

Les premiers à s’exécuter étaient complètement trempés. Cela a tout de même donné lieu à des images très spectaculaires.

Lavillenie, champion olympique en 2012, a préféré attendre que la barre soit placée à 5,75 m avant d’effectuer son premier saut, qu’il a réussi facilement.

Lavillenie a toutefois dû se contenter de la médaille d’argent puisque le Brésilien Braz Thiago da Silva a réalisé un saut de 6,03 m comparativement à 5,98 m pour le Français, qui est resté estomaqué.

La foule a explosé de joie, se dénichant un nouveau héros. Le bronze est allé à l’Américain Sam Hendricks (5,85 m).