Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Brésil 2016

«Jennifer n’a pas fait vraiment d’erreurs»

Publié | Mis à jour

Pour une deuxième fois en quelques jours, les partisans de Jennifer Abel et de Pamela Ware sont repartis de l’Institut national du sport du Québec avec des sentiments de déception, mais aussi de fierté.

Dimanche, ils ont vu leur favorite perdre sa bataille contre l’Italienne Tania Cagnotto au cinquième et dernier plongeon pour l’obtention de la médaille de bronze.

Quelques personnes étaient debout pour assister à l’essai ultime de la Québécoise, mais l’espoir a fait place à la résignation.

«Contrairement à l’épreuve de synchro, Jennifer n’a pas vraiment fait d’erreurs, sauf sa dernière entrée à l’eau, mais c’était minime, a expliqué Isabelle Cloutier, qui est entraîneuse au Club CAMO. C’est juste que les autres ont mieux plongé.

«Un écart de 5,5 points, ce n’est pas grand-chose. C’est seulement trois juges qui donnent un demi-point de plus.»

Ware sera à surveiller

Si Abel a raté le podium de peu, sa coéquipière Pamela Ware a fort bien paru à sa première finale olympique en terminant à la septième place.

«C’est une très belle performance pour elle, a ajouté Cloutier. Ses quatre premiers plongeons étaient excellents, mais le dernier était un peu moins bon.

«Elle est très jeune et on a encore du temps pour travailler avec elle. Pamela est déjà en mesure de réaliser les plongeons les plus difficiles.»
 

Une pensée pour les entraîneurs

En plus d’être nerveuse pour les deux représentantes canadiennes, elle l’était également pour son conjoint Aaron Dziver, qui est l’entraîneur des deux plongeuses.

«On en parle moins, mais les entraîneurs travaillent autant que les athlètes, a-t-elle raconté. C’est tout aussi crève-cœur pour eux.

«Aaron n’aura pas d’autre choix que de mettre ses émotions de dimanche de côté, car il doit retourner à la piscine dès demain [lundi] pour aider Philippe Gagné à se qualifier pour la demi-finale. Dans ce type de compétition, tu n’as pas le temps de vivre ce qui se passe.

«Il faut que tu sois sur le neutre et c’est très dur à gérer.»