Justin Rose

Photo : Justin Rose Crédit : AFP

Golf

Justin Rose triomphe

Publié | Mis à jour

Justin Rose est le premier champion olympique de golf en 112 ans.

Le Britannique, qui détenait une avance d’un coup aux dépens du Suédois Henrik Stenson avant le début de la ronde ultime, a mis fin au suspense dimanche au tout dernier trou à Rio en réussissant l’oiselet.

Son rival, lui, perdait toute chance de monter sur la plus haute marche du podium en commettant un boguey.

Auteur d’une ronde de 63 (huit coups sous la normale), la meilleure de la journée, Matt Kuchar a procuré la médaille de bronze aux États-Unis au terme d’une fabuleuse remontée qui l’a vu passer de la septième place en début de journée au troisième rang.

Graham DeLaet et David Hearn, qui souhaitaient défendre le titre acquis par le Canada en... 1904, se sont classés aux 20e et 30e rangs, avec un cumulatif de 280 (-4) et de 283 (-1) respectivement.

Leur compatriote George Lyon avait été le dernier champion de la discipline avant qu’elle ne soit réintégrée aux Jeux olympiques de Rio.

Un rêve devenu réalité

«C’est un rêve qui devient réalité, a dit le gagnant. C’est l’objectif de tout athlète de remporter une médaille olympique. L’or par surcroît, c’est incroyable.»

Au 13e trou, Stenson s’était pourtant placé en bonne position pour ébranler son adversaire lorsque celui-ci a inscrit un boguey.

Cette mince avance d’un coup n’aura été toutefois qu’une courte réjouissance pour le Suédois. Les rôles ont été inversés dès le trou suivant pour ramener les deux animateurs à la case départ.

Ce jeu du chat et de la souris allait se poursuivre lors des 15es et 16es trous avant qu’ils ne complètent l’avant-dernière étape à égalité.

À l’arrivée, Rose, vainqueur de l'Omnium des États-Unis en 2013, a montré une fiche de 268, 16 coups sous la normale, contre un total de 270 (-14) pour Stenson.

«La médaille d’argent, c’est pas mal, a dit le Suédois. J’ai tout tenté, mais il a été plus fort que moi. Justin est un ami et je tiens à le féliciter.»

Delaet y a cru jusqu’à... samedi

DeLaet avait entrepris le tournoi du bon pied, en rapportant une carte de 66 pour occuper le deuxième rang jeudi.

Mais les choses se sont gâtées pour le Canadien, surtout en fin de parcours samedi.

«Il m’aurait fallu une dernière ronde spectaculaire pour espérer remporter une médaille», a dit le golfeur de 34 ans, qui a conclu sa première expérience olympique avec une ronde de 69.

«Mes cinq derniers trous samedi m’ont coulé, a-t-il expliqué. Je me voyais vraiment dans la course aux médailles avant de commettre quatre bogueys. C’est décevant de ne pas avoir tenu le coup.

«Mais bon, je suis heureux d’avoir contribué au retour du golf aux Jeux olympiques. Je suis certain que ceux qui ont refusé de s’y présenter vont le regretter.

«Pour moi, ç’a été l’expérience d’une vie.»

Douze des 20 meilleurs joueurs de golf de la planète dont Jason Day, Dustin Johnson, Jordan Spieth et Rory McIlroy, avaient fait l’impasse sur l’événement.

Les absents ont toujours tort

Son compatriote Hearn a abondé dans le même sens.

«Je suis comblé d’avoir représenté mon pays. C’est un honneur et un privilège d’avoir pris part aux Jeux olympiques. Les absents ont toujours tort. Je n’ai jamais hésité à accepter l’invitation.»

Le Canadien de 37 ans a gardé le meilleur pour la fin, en inscrivant dimanche une dernière carte de 66.

«J’aurais bien voulu en faire autant en début de tournoi, a-t-il reconnu. C’est décevant, mais le golf est ainsi fait. Si on me fait signe, je répondrai présent à Tokyo dans quatre ans.»

Si les chances du Canada de conserver son titre olympique étaient minces chez les hommes, le pays pourra se racheter chez les femmes puisque Brooke Henderson, l’une des meilleures golfeuses de la LPGA et véritable espoir de médaille d’or à seulement 18 ans, entrera en action ce mercredi.