Jennifer Abel

Photo : Jennifer Abel Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Brésil 2016

Abel rate encore le podium de peu

Publié | Mis à jour

Jennifer Abel est devenue la première victime d’une autre de ces histoires qu’aiment créer les Jeux olympiques, dimanche, dans les dernières minutes de l’épreuve du tremplin de 3 m au Centre aquatique Maria Lenk.

En terminant au pied du podium pour la deuxième fois en une semaine après l’épreuve en synchro avec Pamela Ware, la Lavalloise a vu la médaille de bronze qu’elle tenait pres¬que entre ses mains glisser dans celles de l’Italienne Tania Cagnotto, enfin décorée en individuel à ses cinquièmes Jeux. Abel quittera donc Rio de Janeiro bredouille, une réalité qui peut s’avérer ingrate, sauf pour elle.

«Je me suis vraiment battue jusqu’à la fin. C’est comme dire qu’un enfant est tombé une autre fois. Il n’y a pas de raison de se sentir mal dans tout ça. Je me suis battue, Tania a été meilleure et ce sont ses cinquièmes Jeux. Pour moi, avoir vécu ça me permet de m’améliorer tant physiquement que mentalement. Cette compétition m’a rendue tellement forte pour l’avenir que j’ai hâte de recommencer à compétitionner», a dignement déclaré la plongeuse qui avait fini 6e à Londres en 2012 et 13e à Pékin en 2008 à cette même épreuve.

Match contre Cagnotto

Avec la perfection qui collait encore aux Chinoises Tingmao Shi et Zi He, respectivement première avec un total de 406,05 points et deuxième (387,90), la suite est devenue un match entre Abel et l’Italienne de 31 ans, Tania Cagnotto, qui avait récol¬té l’argent au synchro le dimanche 7 août.

Sixième dans l’ordre à s’exécuter à chacune des cinq rondes, la native de Bolzano a obligé Abel à toujours répondre à sa menace, ce qu’elle a fait, surtout au quatrième tour. La Québécoise a alors sorti un score de 79,90, comparé au 69,00 de l’Italienne, pour se hisser du quatrième au troisième rang. On pensait alors que son avance provisoire de 6,45 points allait suffire.

Mais non. Les juges ont donné une note de 81,00 à Cagnotto au dernier acte avant d’enchaîner avec un 69,00 pour Abel, qui ne semblait pas avoir fait d’erreurs majeures. Elle a accueilli le résultat avec un sourire. Après trois occasions ratées, son prochain espoir d’une médaille individuelle olympique devra attendre Tokyo en 2020.

«C’est la vie. Oui, je suis quatrième. Je vais avoir un neveu qui va naître dans les prochaines semaines, j’ai une nièce qui est déjà là et je savais qu’elle m’encourageait, alors pour moi, finir quatrième quand tout le monde m’encourage, il n’y a pas de raison d’être déçue», a expri¬mé la médaillée de bronze en synchro avec Emilie Heymans en 2012.

Ware 7e

Son équipière Pamela Ware a conclu sa première expérience olympique au septième rang.

«En venant aux Jeux pour la première fois, je voulais d’abord plonger pour moi. C’est ce que j’ai fait. J’ai appris que j’ai encore du chemin à faire et que ça n’a pas été la meilleure compétition de ma vie, mais j’ai eu du plaisir. J’ai hâte aux quatre prochaines années pour voir ce que je pourrai faire à Tokyo.»