Brésil 2016

Le bronze à De Grasse, Bolt indétrônable!

Publié | Mis à jour

On la qualifie d’épreuve reine des Jeux olympiques et depuis 2008, un seul roi fait la loi. Le Jamaïcain Usain Bolt a fait bondir les 50 000 spectateurs de leur siège dimanche soir au stade olympique de Rio en triomphant au 100 mètres en un temps de 9,81 secondes.

Bolt, détenteur du record mondial de 9,58 secondes depuis 2009, a devancé l’Américain Justin Gatlin par la marge de huit centièmes de seconde.

Grand favori de la foule, Bolt a donc répété ses exploits réalisés aux Jeux de 2008 et de 2012 sur la distance.

De Grasse a relevé le défi

Le jeune prétendant ontarien Andre De Grasse a brillé à ses premiers Jeux en terminant au troisième rang avec un temps de 9,91 secondes, son meilleur à vie, pour ainsi procurer au Canada sa 13e médaille à Rio.

Il s’agit de la toute première médaille obtenue par un athlète masculin originaire du Canada.

«Je croyais en mes chances de monter sur le podium, a commenté De Grasse. J’avais un bon pressentiment avant la finale. Je me sentais en confiance sur les blocs de départ.»

Premier médaillé depuis Bailey

L’athlète de Markham est devenu le premier sprinter canadien depuis Donovan Bailey, victorieux en 1996 à Atlanta, à remporter une médaille aux Jeux olympiques.

«C’est une sensation extraordinaire, a-t-il dit. Je suis un médaillé très fier. Je suis sans voix. Bolt est venu me dire que j’avais fait une belle course.

«Maintenant, je dois refaire mes forces en vue de l’épreuve de 200 mètres et du relais 4 X 100 mètres jeudi. Un autre moment inoubliable avec Bolt s'en vient...»

Le favori en 2020?

Peter Eriksson, l’entraîneur-chef de l’équipe canadienne, a été fort élogieux à l’endroit du jeune coureur.

«Aux Jeux de 2020 à Tokyo, je crois que De Grasse sera le favori de l’épreuve, a-t-il prédit. Il n’a pas fini de s’améliorer et je crois qu’il peut devenir la plus grande vedette d’athlétisme de l’histoire au Canada.»

Au sujet de la finale, il croit que De Grasse aurait pu connaître un meilleur départ.

«Sa marque de commerce est de ne jamais abandonner la lutte et de terminer ses courses en force. C’est ce qui lui a permis dans les derniers mètres d’aller chercher cette troisième place.»

Le Canada compte déjà deux médailles en athlétisme, après celle de Brianne Theisen-Eaton en heptathlon. «C’est une de plus qu’aux Jeux de Londres et ça va nous aider sur le plan du financement de la part de Sport Canada», a réagi Eriksson.

Un tonique pour l’athlétisme

Bolt entend passer à l’histoire en ajoutant cette semaine des victoires dans l’épreuve de 200 mètres et dans le relais 4 X 100 mètres.

«L’athlétisme mondial a traversé des heures sombres (les athlètes russes bannis des Jeux pour dopage organisé) et il était important que je gagne cette finale de 100 mètres, a raconté Bolt, toujours aussi expressif et spectaculaire. Je peux réaliser quelque chose d’inédit aux Jeux. Notre sport a besoin de cela.»