Crédit : AFP

Golf

Duel au sommet entre Stenson et Rose

Publié | Mis à jour

La planète golf a vibré au rythme du match enlevant entre Henrik Stenson et Phil Mickelson, à l’Omnium britannique de Troon, en Écosse, il y a un mois. Le Suédois s’est placé en excellente position et il livrera un duel à Justin Rose pour la médaille d’or.

Avec une troisième ronde de 68 (-3) au parcours olympique de Rio, samedi, le champion de l’Omnium britannique accuse un petit coup de retard (-11) sur le Britannique (-12) qui a ravi la tête du tableau à l’Australien Marcus Fraser grâce à un résultat de 65. Meneur après 36 trous, ce dernier a ajouté une ronde de 72 (+1) à sa fiche et figure au troisième rang, à trois coups de Rose.

Rose, 36 ans, pourrait donc ajouter une médaille d’or olympique à son palmarès, qui comprend le titre de champion de l’Omnium des États-Unis en 2013.

«Cette ronde finale sera très agréa­ble, vu le peu d’écart qu’il y a entre nous», a signalé celui qui a ramené la deuxième meilleure carte de la journée, samedi. Celle-ci était ponctuée de deux aigles, quatre oiselets et deux bogueys.

«C’était difficile, aujourd’hui [samedi]. Ils ont aménagé le terrain de façon à ce que ce soit très difficile à certains endroits», a-t-il expliqué au réseau américain spécialisé Golf Channel. Il appert qu’il a su déjouer les intentions des officiels et faire fi des difficultés. «Je sens que c’était une journée pour séparer les meilleurs joueurs», a-t-il observé.

Son adversaire en ronde finale abondait dans le même sens. «C’était un autre après-midi difficile», a fait remarquer Stenson, qui s’est débattu pour enregistrer une bonne carte.

«Il y avait plusieurs très longs trous. Et ça n’allait pas en se facilitant au fur et à mesure que la journée avançait. Demain [dimanche] sera une autre journée. La balle devra faire ce que je veux!»

Stenson aura à en découdre avec son fidèle compagnon en Coupe Ryder. Les deux golfeurs européens avaient connu du succès ensemble face la formation américaine. Cet après-midi, il sera un rival coriace pour la conquête de l’or olympique. «Dans mon esprit, je vise une seule chose, même si le prix de consolation peut être meilleur qu’à d’autres tournois.»

Marcus Fraser n’est pas à écarter de l’équation, lui qui a joué 63 (-8) en ronde initiale. Il se retrouve tout de même en bonne position pour ennuyer ses deux adversaires de la journée dans le dernier groupe.

«Jamais, dans mes rêves les plus fous, je ne croyais venir aux Jeux olympiques et me retrouver parmi les meneurs, a relaté l’Australien en point de presse. Maintenant, tout d’un coup, j’ai une chance de gagner une médaille.»

Offensive de Rickie et Bubba

Les Américains se sont finalement réveillés. Rickie Fowler a retranché sept coups à la normale, la meilleure ronde de la troisième journée, et grimpé au 14e rang, à égalité avec sept autres golfeurs, à -3.

Le vainqueur du Championnat des joueurs de la PGA en 2015 n’a donc pas fait une croix définitive sur son rêve. Ses sept petits moineaux et son aigle ont ravivé ses espoirs de médaille. «Je me suis donné une possible chance de podium avec mes deux derniers oiselets. Si je commence ma journée dans cette optique et si je joue bien, je peux peut-être me faufiler vers le haut du tableau.»

Watson a pour sa part aligné un autre 67 à son dossier, ce qui le place au quatrième rang, à égalité avec David Lingmerth et Emiliano Grillo, à -6. Matt Kuchar vient au septième échelon.

DeLaet dégringole

Meneur au cours de la première ronde jeudi et deuxième en fin de journée initiale, le Canadien Graham DeLaet a dégringolé au 22e rang du classement en vertu d’un neuf de retour désastreux et d’un pointage final de 74.

David Hearn pointe en 44e position, à +4.

Le Sud-Africain Jaco Van Zyl a réussi le coup de la journée au huitième fanion. Il a calé un trou d’un coup, le second du tournoi olympique après Rose, d’une distance d’environ 172 verges.

Wen-Tang Lin a déclaré forfait avant la troisième ronde. Il se trouvait à +12 après 36 trous.