Quebec, MMA

Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

UFC

Derek Gauthier veut revenir en force

Publié | Mis à jour

Une jeune brochette de combattants s’est engagée avec TKO MMA et prendra part au premier gala de l’organisation après sa renaissance. C’est toutefois le vétéran québécois Derek Gauthier qui devrait être la tête d’affiche du TKO36, le 4 novembre prochain, à La Tohu, à Montréal.

Gauthier (7-6-0) croisera le fer avec l’Ontarien Chris Horodecki (21-6-1). Ce sera un retour pour le Québécois après deux ans à l’écart de la compétition.

Celui-ci a entamé sa carrière dans l’octogone avec une séquence de cinq victoires. Il a ensuite perdu deux de ses trois derniers combats par décision des juges. Son dernier affrontement remonte au mois de novembre 2014, en Suède.

«Les dernières années ont été dures pour moi, a expliqué l'athlète lors de l'événement de lancement de TKO MMA. J’ai subi des blessures et j’ai perdu des décisions partagées. Mais ça fait partie du sport et je n’ai pas d’excuses.»

Le combattant a entre autres subi une hernie discale, une déchirure du quadriceps et une fracture du bras au cours de sa carrière. Il a cependant affirmé être au sommet de sa forme en vue de son prochain combat.

Une chance en or

Peu importe, le retour de TKO MMA offre une belle opportunité pour Gauthier, qui pourra montrer son savoir-faire.

«Gauthier va être de retour et il veut faire exactement comme le TKO et faire un retour fracassant sur l’octogone», a lancé le promoteur de TKO MMA, Stéphane Patry.

Selon le combattant, la fédération permettra aux pugilistes locaux d’obtenir de bonnes occasions au Canada. En effet, ils devaient souvent se rendre en Europe pour participer à des événements d’envergure au cours des dernières années.

«Je suis vraiment content de faire partie de l’organisation TKO, a dit le principal intéressé. Pour moi, TKO me rappelle le début de ma carrière, qui a été un grand succès.»

Un adversaire à surveiller

Celui surnommé «The War Machine» connaît bien son adversaire. Pour l’emporter, il misera sur un bon camp d’entraînement. Il a soutenu qu’il devra gérer le stress, après deux ans à l’extérieur de la cage. Gauthier comptera évidemment sur ses forces pour avoir le dessus.

«Au début de ma carrière, on m’a souvent dit que j’étais plus fort au sol que debout. Mais ensuite, j’ai pratiqué la boxe thaïlandaise et maintenant, je crois que je suis un combattant complet.»

Gauthier estime d’ailleurs qu’il n’est plus possible de gagner un combat d’arts martiaux mixtes en se concentrant sur une seule spécialité.

«Dans la génération d’aujourd’hui, tout le monde doit être complet. Nous n’avons pas le choix d’exceller dans toutes les facettes pour performer.»