Roseline Filion et Meaghan Benfeito

Photo : Roseline Filion et Meaghan Benfeito Crédit : AFP

Brésil 2016

Filion et Benfeito : plus que des amies

Publié | Mis à jour

Première journée pluvieuse mercredi depuis le début des Jeux olympiques de Rio. Heureusement, il y avait les sourires radieux de Roseline Filion et de Meaghan Benfeito pour égayer notre journée.

Les deux plongeuses lavalloises ont rencontré les médias au lendemain de leur deuxième médaille de bronze consécutive au 10 m synchro aux Jeux. Des membres de leur famille les accompagnaient à la salle de presse.

Malgré une nuit où le sommeil n’est pas venu facilement, sans oublier la traditionnelle ronde d’entrevues, Roseline et Meaghan n’avaient pas les traits tirés. Elles étaient resplendissantes, comme toujours.

D’avoir dû effectuer leurs plongeons dans de l’eau verdâtre (un problème de pH, a-t-on expliqué) n’a heureusement pas eu de conséquences fâcheuses sur leur état de santé.

«Je n’ai pas eu mal au ventre. Du moins, pas encore, a lancé Benfeito en riant. Cette deuxième médaille de bronze, on la savoure. Elle vaut de l’or.»

Pas tout à fait terminé

Nos deux Québécoises adorent la compétition et c’est pourquoi elles ont tant pleuré mardi à leur sortie du podium. Elles réalisaient qu’il s’agissait de leur dernière sortie en synchro aux Jeux olympiques.

On doit cependant apporter une précision : Roseline ne prend pas sa retraite après les Jeux. Elle prendra une pause de quelques mois. Elle veut terminer son baccalauréat en communications et suivre des cours à l’école Promédia.
Filion prévoit toutefois participer au championnat du monde avec sa fidèle partenaire en 2017, avant de tirer sa révérence.

«C’était la fin de notre parcours olympique, a précisé Roseline, qui est âgée de 29 ans. Notre aventure ensemble n’est pas tout à fait terminée. Il me reste un dernier tour de scène à effectuer.»

Comme des soeurs

Benfeito, de son côté, entend poursuivre sa carrière jusqu’aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

«Il se peut que je me limite à l’épreuve individuelle à la tour», a confié celle qui sait fort bien qu’il lui sera difficile de retrouver une partenaire comme Roseline.

«On dit souvent que ce sont de grandes amies, mais elles sont plus que ça, a souligné Arthur, le père de Meaghan. Elles sont comme des sœurs. Lorsque Roseline vient à la maison, elle n’a pas besoin de sonner à la porte d’entrée. Et elle peut aller directement vers le réfrigérateur!»

M. Benfeito a reconnu avoir été beaucoup plus stressé à Rio que lors de l’épreuve olympique de Londres.

«Il y a quatre ans, Meaghan et Roseline détenaient une bonne avance avant leur dernier plongeon, a-t-il expliqué. Cette fois-ci, ça s’est décidé à la toute fin. Il a fallu attendre de voir ce que les Britanniques allaient faire avant de célébrer. On a poussé tous un soupir de soulagement», a ajouté Arthur, sous le regard approbateur de Margarida, sa conjointe.

Le couple est à l’aise dans la grande ville de Rio puisqu’ils sont d’origine portugaise.

Un frère qui s’amuse

Du côté de la famille Filion, Roseline se réjouissait surtout de la présence de son frère Maxime, qui a eu la chance de voir sa sœur à l’œuvre aux Jeux olympiques pour la première fois.

«C’est fou comment il s’amuse ici.»

«Je n’avais pas été en mesure de me rendre à Pékin ou à Londres, a raconté Maxime. Je me suis donc assuré de ne pas rater la dernière participation de ma sœur aux Jeux. Je tripe fort.»

Les Jeux olympiques sont une passion pour la famille Filion. Marc, le paternel, n’a raté aucune édition des Jeux à la télévision depuis 1960 et il a assisté aux trois derniers sur place.

«Roseline et Meaghan nous font vivre de grandes émotions, a-t-il dit. J’avais confiance qu’elles parviennent à obtenir la troisième place parce que leur dernier plongeon est toujours leur meilleur. Ce sont deux filles remarquables.»