SPO-RUN-TORONTO-2015-PAN-AM-GAMES---DAY-14

Crédit : AFP

Brésil 2016

Objectif 19 médailles

Publié | Mis à jour

Les hauts responsables du Comité olympique canadien (COC) ont réitéré mercredi l’objectif de voir leurs athlètes remporter au moins 19 médailles aux Jeux de Rio et de terminer parmi les 12 premières nations au classement final.

Ce défi de battre la récolte de 18 médailles réalisée il y a quatre ans à Londres paraît très probable, à la lecture des résultats obtenus par les représentants de l’unifolié au cours des derniers mois lors de compétitions internationales.

Les disciplines de l’aviron, du plongeon, de la natation, du cyclisme et surtout de l’athlétisme sont porteuses d’espoir pour les Canadiens.

Athlétisme

C’est en athlétisme que le pays pourrait obtenir son plus nombre de médailles, à en juger par les performances de ses représentants aux Championnats du monde tenus à Pékin en 2015. Les Canadiens sont alors montés sur le podium à quatre reprises.

Du nombre, Andre De Grasse est bien placé pour en remporter des médailles aux 100 et 200 mètres ainsi qu’au 4 x 100 mètres relais en compagnie de trois de ses compatriotes.

Derek Drouin, médaillé de bronze à Londres et champion du monde en titre au saut en hauteur, peut encore faire mieux à Rio, tandis que Shaw Barber est le champion du monde en titre au saut à la perche. Damian Warner pourrait quant à lui devenir le deuxième Canadien de l’histoire à accéder au podium au décathlon après Dave Steen, médaillé de bronze au Jeux de Séoul.

Chez les dames, Melissa Bishop, médaillée d’argent aux Championnats du monde à Pékin, est une des favorites dans la compétition du 800 mètres, alors qu’à l’heptathlon, tous les espoirs sont permis pour Brianne Theisen-Eaton.

Aviron

Cette discipline est considérée comme une des valeurs sûres du Canada, autant chez les hommes que chez les femmes.

Derrière l’athlétisme, l’aviron est d’ailleurs la discipline qui a procuré le plus grand nombre de médailles au pays dans l’histoire des Jeux olympiques. À Londres, les deux équipages à huit, masculin et féminin, avaient remporté la médaille d’argent.

Plongeon

Malgré une concurrence très intense menée par des athlètes chinoises au sommet de leur art, les plongeuses, toutes Québécoises, pourraient obtenir quatre médailles, soit deux en épreuves individuelles avec Jennifer Abel et Roseline Filion. Leurs partenaires respectives, Pamela Ware et Meagan Benfeito, pourraient les accompagner sur le podium en synchro.

Natation

Les espoirs de médailles à la natation reposent principalement sur le vétéran Ryan Cochrane dans les épreuves du 400 et du 1500 mètres style libre, Penny Oleksiak (100 mètres style libre, 100 mètres papillon et 4 x 100 mètres style libre) qui, à 16 ans, est l’une des plus jeunes athlètes présente aux Jeux de Rio, et Richard Weinberger (10 km en eaux libres), qui avait obtenu la médaille de bronze à Londres en 2012.

Judo

Les attentes sont élevées pour Antoine Valois-Fortier, troisième aux Jeux de Londres, dont les chances de connaître la consécration olympique sont plus que probables. La Québécoise Catherine Beauchemin-Pinard est un autre espoir de médaille en judo.

Autres sports

Troisième aux Jeux de Londres en 2012, le kayakiste Mark De Jonge est le maître de la spécialité du K-1 200, qu’il a dominée au cours des deux dernières années. Pour celui qui s’entraîne à Lac-Beauport, ce n’est rien de moins que la médaille d’or qu’il vise à Rio.

En cyclisme, on pourrait compter sur Hugo Barrette (piste), l’équipe féminine en poursuite et Tory Nyhaug en BMX, tandis qu’au trampoline, Rosie MacLennan, porte-drapeau de la délégation canadienne à l’occasion des cérémonies d’ouverture des Jeux de Rio ce soir, pourrait répéter son exploit de Londres et remporter une deuxième médaille d’or olympique d’affilée.

À la boxe, Ariane Fortin nourrit de grandes ambitions à Rio, comme Erica Wiebe en lutte, et surtout Brooke Henderson, nouvelle vedette de la LPGA, qui pourrait bien procurer à son pays une médaille d’or au golf. Cette discipline effectue un retour aux Jeux olympiques après 112 ans d’absence.

Dans les épreuves par équipes, les chances de médailles des formations féminines de soccer, de basketball et de rugby à sept sont réelles.