Boxe

Jean Pascal de retour en novembre?

Agence QMI / Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Camille Estephan vient à peine d’acquérir InterBox qu’il a déjà des plans pour le boxeur Jean Pascal.

Le promoteur aimerait que son nouveau poulain soit la vedette d’un gala qui serait présenté au mois de novembre, possiblement à Montréal. Une avenue confirmée par le principal intéressé lorsque le «Journal de Montréal» l’a contacté.

«C’est l’une des options sur la table», a souligné le pugiliste.

Sur la courte liste d’adversaires potentiels de Pascal, on retrouve le nom du Cubain Sullivan Barrera, qui a cherché l’attention du Québécois sur les réseaux sociaux au cours des dernières semaines.

D’ailleurs, InterBox a déjà rempli des documents administratifs afin que le protégé de Main Event puisse obtenir un visa de séjour au Canada dans l’éventualité où il serait impliqué dans un affrontement avec Pascal.

«Je n’ai aucun problème à me mesurer à lui, a ajouté celui-ci. Je crois que Barrera est un autre qui cherche de la visibilité et il tente de le faire avec mon nom.»

En ce qui a trait à l’identité de son entraîneur pour son prochain combat, il est toujours en réflexion.

«J’ai vécu une belle expérience avec Freddie Roach, a-t-il mentionné. Je suis déçu de ne pas avoir pu montrer tout ce qu’il m’avait appris dans le gymnase lors du dernier choc contre (Sergey) Kovalev. J’espère qu’on aura une deuxième chance de le faire.»

«Il y a beaucoup de choses que je devrai prendre en considération avant de prendre ma décision, dont les coûts très dispendieux d’un camp en Californie.»

Décarie à la tête d’InterBox

Avec l’acquisition d’InterBox par Eye of the Tiger Management, il était impensable de voir Estephan diriger les deux organisations en même temps.

C’est pour cette raison qu’il a donné les rênes d’InterBox à Antonin Décarie depuis quelques semaines. Il est ainsi devenu le patron de son grand ami Pascal.

«Je suis convaincu que notre relation peut être saine autant en affaires qu’en amitié, a déclaré Décarie. J’ai l’intention de rebâtir la carrière de Jean de façon progressive.»

«J’aurai toujours son intérêt à coeur avant tout et j’ai confiance en lui.»