Tennis

Raonic affrontera Murray en finale!

Louis Butcher / Le Journal de Montréal

Publié | Mis à jour

Milos Raonic s’est offert Roger Federer, hier à Wimbledon, et une toute première présence en finale d’un tournoi du Grand Chelem vendredi.

En s’imposant en cinq manches de 6-3, 6-7 (3), 4-6, 7-5 et 6-3, l’Ontarien de 25 ans a pris sa revanche sur le champion suisse qui l’avait battu dans les mêmes circonstances deux ans plus tôt.

Raonic devient ainsi le premier joueur canadien à accéder au match ultime d’une compétition majeure en tennis.

Chez les dames, sa compatriote Eugenie Bouchard avait réalisé le même exploit, aussi à Wimbledon, en 2014.

Il affrontera maintenant le Britannique Andy Murray, qui, quelques heures plus tard a assuré sa présence en finale en battant, sans trop souffrir, le Tchèque Tomas Berdych en trois sets identiques de 6-3.

Le souvenir de 2014

«Je vis actuellement une grande fierté, s’est exclamé Raonic en conférence de presse, et un sentiment incroyable. J’avais été amèrement déçu de ma performance il y a deux ans contre Roger. Aujourd’hui, c’est la victoire de la persévérance, même si ma performance n’a pas été parfaite.»

«J’avoue qu’il m’a facilité la tâche en quelques occasions au quatrième set. Ce que je retiens, c’est que j’ai pu saisir ma chance aux moments opportuns et de lui avoir tenu tête dans la manche décisive.»

Retour en force

Après un premier set acquis avec conviction, où il a enchaîné les coups droits dévastateurs et les attaques fructueuses au filet, Raonic, sixième tête de série, a vu son rival se ressaisir pour remporter les deux manches suivantes.

Federer, troisième joueur mondial, s’est repris en main, ne serait-ce que pour rappeler à son adversaire qu’il était dans sa cour sur le gazon londonien – où il a été titré sept fois – et que, malgré son âge vénérable et les cinq sets disputés deux jours plus tôt face à Marin Cilic, il n’avait pas dit son dernier mot.

Dans le deuxième set, notamment, il a patienté jusqu’au bris d’égalité pour faire la leçon à Raonic qui, ébranlé, gaffera sur une double faute pour lui concéder la manche.

Points tournants

De toute évidence, c’est dans la quatrième manche que le vent a tourné à l’avantage de Raonic alors qu’il menait 6-5.

En avance 40-0 sur son service, Federer voit son rival de neuf ans son cadet non seulement égaler la marque, mais carrément renverser la vapeur.

La troisième balle de set sera la bonne. Raonic provoque la tenue d’une cinquième manche décisive en profitant de deux doubles fautes consécutives de Federer.

Un peu plus tôt, Raonic avait sauvé deux balles de bris, d’abord à 2-2, puis une autre, à 4-4.

À 2-1 dans ce set ultime, Raonic et Federer se livrent une lutte de tous les instants qui tournera à l’avantage du Canadien. Ce dernier inscrira le bris pour augmenter son avance à deux jeux.

Incapable de faire subir le même sort à son opposant, malgré de gros efforts, Federer ne s’en remettra jamais.

Signe des temps, le Suisse subit sa première défaite en 11 participations en demi-finale à Wimbledon.

Quant à Raonic, il devient, lui, le premier non-Européen à accéder à la finale de ce tournoi depuis la participation de l'Américain Andy Roddick en 2009.