LNH

Cinq bons coups des DG

Publié | Mis à jour

La grande majorité des gros poissons ont tous été pêchés, vendredi, à l’ouverture du marché des joueurs autonomes de la LNH.

D’après les données du réseau Sportsnet, pas moins de 630 millions de dollars ont été dépensés au total, répartis sur les signatures de 119 patineurs au jour initial des embauches.

Certes, les attaquants les plus convoités, Milan Lucic et David Backes, ont respectivement trouvé preneur chez les Oilers d’Edmonton et les Bruins de Boston. Puis Kyle Okposo a déménagé à 600 km au nord-ouest de Brooklyn pour s’enraciner avec les Sabres de Buffalo.

Qu’en est-il des autres joueurs autonomes? Voici cinq bons coups réalisés par les directeurs généraux à compter des 12 coups du midi, le 1er juillet, ou avant la date anticipée :

5- Louï Eriksson, Canucks de Vancouver, contrat de 6 ans et 36 millions $ (moyenne de 6 millions $ / année)

Des marqueurs de 30 buts, ça ne court pas les rues. Le Suédois vient d’atteindre ce plateau enviable lors de la plus récente campagne avec les Bruins de Boston, et ce pour la deuxième fois de sa carrière. La dernière fois qu’il a réalisé l’exploit, c’était en 2008-2009. Il aura l’occasion de jouer avec ses compatriotes, les jumeaux Sedin, ce qui offre un énorme potentiel à l’attaque.

Âgé de 30 ans, Eriksson touchera 8 millions de dollars les deux premières saisons, mais son salaire diminuera à 7, 5 et 4 millions$ par la suite et comptera pour 6M$ sur la masse salariale des Canucks.

4- David Perron, Blues de St. Louis, contrat de 2 ans et 7,5 millions $ (moyenne de 3,75 millions $ / année)

Perron n’a pas su trouver la constance souhaitée avec les Penguins de Pittsburgh, l’an dernier, mais l’échange qui l’a envoyé aux Ducks d’Anaheim s’est avéré payant tant pour l’équipe que pour le Sherbrookois, qui a amassé 20 points en 28 matchs en Californie.

Le DG des Blues Doug Armstrong a donc décidé de le rapatrier à St. Louis, formation qui l’avait repêché au 26e échelon en 2007, et lui consentir un contrat de deux saisons. La balle est maintenant dans le camp de Perron.

3- James Reimer, Panthers de la Floride, contrat de 5 ans et 17 millions $ (moyenne de 3,4 millions $ / année)

Cette signature est probablement la plus importante (et la plus intrigante) de la journée de vendredi chez les gardiens. L’ex-porte-couleurs des Maple Leafs de Toronto et des Sharks de San Jose agira comme substitut au Québécois Roberto Luongo, mais il est également pressenti comme son successeur à présent.

La question qu’on a droit de se poser, par contre, est celle-ci : pourquoi les Panthers lui verseront-ils 5 millions$ du contrat de 17 M$ dès la première année de l’entente? La raison la plus logique porte à croire qu’il pourrait être le gardien numéro un plus tôt que prévu à Sunrise.

Reimer a pris part à 40 rencontres avec les Leafs (11-12-3) et les Sharks (6-2-0), l’an dernier, affichant un dossier global de 17-14-7, une moyenne de buts alloués de 2,31 et un taux d’efficacité de ,922. Il devra prouver qu’il peut être constant s’il veut s’imposer comme gardien numéro un.

Statistique intéressante : chez les gardiens qui ont disputé 20 matchs ou plus en 2015-2016, Reimer affichait la meilleure moyenne d’efficacité à 5 contre 5 avec un taux d’arrêt de ,9404.

2- Alexander Radulov, Canadiens de Montréal, contrat de 1 an et 5,75 millions $

Certains comparaient son talent dans la KHL à celui de Patrick Kane dans la LNH. Le Tricolore est à la recherche d’un attaquant capable de jouer sur les deux premiers trios depuis belle lurette et tout indique que le Russe a les habiletés qu’il faut pour marquer des buts : le gabarit, l’expérience, mais surtout le talent.

Ayant côtoyé le défenseur Shea Weber avec les Predators de Nashville, Radulov a disputé 154 matchs du calendrier régulier dans le circuit Bettman. Il a obtenu 102 points, dont 47 buts.

En 2015-2016, Radulov a inscrit 23 buts et 65 points en 53 duels de saison régulière avec le CSKA de Moscou, en KHL.

S’il peut jouer à la hauteur de son talent - plusieurs experts sont d’avis qu’il le sera -, cette acquisition sera reconnue comme LE vol incontesté de l’entre-saison.

Écoutez les commentaires de Radulov dans la vidéo, ci-dessus.

1- Steven Stamkos, Lightning de Tampa Bay, contrat de 8 ans et 68 millions $ (moyenne de 8,5 millions $ / année)

Dans la même ligne de pensée que l’ex-DG des Canadiens de Montréal, Serge Savard, la meilleure transaction est celle qu’on ne réalise pas. Or le DG Steve Yzerman a retenu les services de son capitaine pour les huit prochaines années, l’empêchant de devenir le joueur le plus convoité le 1er juillet.

Ce qui est plus impressionnant encore, c'est qu'il ait pu garder Stamkos à Tampa Bay pour un salaire moyen de 8,5M$ par saison, alors qu'il aurait pu obtenir beaucoup plus d'argent sur le frénétique marché des joueurs autonomes.

Yzerman satisfait de l’entente avec Stamkos - TVA Sports