Repêchage 2016

La défense d’abord

Agence QMI / Jonathan Bernier 

Publié | Mis à jour

N’en déplaise à plusieurs, si l’on se fie à l’allure que le Canadien de Montréal a donnée à son repêchage, la philosophie de l’entreprise est véritablement de rebâtir par l’arrière.

Après avoir jeté leur dévolu sur Mikhail Sergachev la veille, Marc Bergevin et Trevor Timmins ont profité de leurs cinq choix de la journée pour sélectionner trois autres défenseurs.

Victor Mete (quatrième tour), Casey Staum (cinquième tour) et Arvid Henrickson (septième tour) se sont ajoutés à la longue liste de jeunes défenseurs que compte déjà le Tricolore.

«Améliorer notre bassin d’espoirs en défense était un besoin. Les défenseurs sont tellement difficiles à obtenir, ils représentent des cartes importantes dans ton jeu lorsque vient le temps d’effectuer une transaction», a fait valoir Timmins, le recruteur en chef.

Une famille d’athlètes

Cependant, à son premier droit de parole du jour, Timmins a appelé William Bitten. Joueur de centre droitier de 5 pi et 10 po et 167 lb, le Franco-Ontarien a grandi en admirant le CH.

«Ma mère est originaire de l’Abitibi et ma famille habite à Montréal. C’est un sentiment merveilleux de me retrouver avec le Canadien. Je n’oublierai jamais cette journée», a lancé Bitten, qui a récolté 65 points, dont 30 buts, en 67 rencontres avec les Firebirds de Flint.

Bitten est le fils de Michael Bitten et Doris Piché, deux athlètes qui ont représenté le Canada en badminton aux Jeux olympiques de Barcelone (1992) et d’Atlanta (1996).

«Leur accomplissement m’a aidé dans mon développement. Ils savent ce qu’il faut pour passer au niveau supérieur. Ils ont toujours été là pour me conseiller», a expliqué le jeune homme.

L’œil sur l’Ontario

Bitten est l’un des quatre joueurs que Timmins a pigés dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario. Il faut croire que le dépisteur affecté à la couverture de ce circuit est un bon vendeur.

Mete, pour sa part, patrouille la ligne bleue des Knights de London, champions de la Coupe Memorial.

À l’inverse de Bitten, l’arrière de 5 po et 10 po a grandi en idolâtrant les Maple Leafs de Toronto.

«Ce n’est probablement pas une sélection qui fait la joie de bien des gens à la maison, mais je suis certain qu’ils vont comprendre. Qui sait, peut-être vont-ils même changer d’allégeance?», a déclaré Mete, sourire en coin.

On dit de ce défenseur qu’il est très habile dans la relance de l’attaque et qu’il aime bien appuyer ses coéquipiers en territoire ennemi. Malgré sa petite stature, il semble relativement fiable dans son territoire.

«Je m’assure de contrôler les hanches de l’adversaire. Cela l’oblige à aller dans la direction que je veux et non dans la sienne», a-t-il expliqué.

Un joueur de séries...

 

Michael Pezzetta est l’autre joueur issu du circuit junior ontarien qui se retrouve maintenant avec l’organisation du Canadien.

Timmins s’est servi de son choix de sixième tour pour mettre la main sur ce joueur de centre de 6 pi et 1 po et 204 lb, surtout reconnu pour son style robuste.

«J’aime bien me servir de mon physique et distribuer des coups d’épaule, a mentionné le Torontois. Je suis un joueur efficace en séries éliminatoires, un joueur sur qui tu peux miser pour gagner.»

Le hic, c’est qu’au cours de ses deux saisons à Sudbury, les Wolves n’ont pas participé aux séries éliminatoires.

Pezzetta devait être le dernier choix du Canadien. Mais Bergevin s’est laissé convaincre par son dépisteur européen d’acquérir un choix de septième tour pour mettre le grappin sur Henrickson. Ce que le directeur général du Canadien a réalisé, troquant aux Jets de Winnipeg son choix de septième ronde de l’an prochain.