Pittsburgh - San Jose

Bonino a failli ne pas jouer en finale

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Penguins Nick Bonino a joué un rôle important dans le parcours de l’équipe vers la coupe Stanley, mais il a bien failli observer le tout à partir de la passerelle... ou même d’une chambre d’hôtel.

Lors des rencontres de presse d’après-saison, Bonino a révélé aux journalistes qu’il avait subi une sérieuse infection au coude durant la finale contre les Sharks.

Une infection qui a entraîné beaucoup de complications, selon ses dires, et sa saison aurait pu se terminer là.

«Je prenais une tonne d’antibiotiques et je recevais des injections par intraveineuse à tous les jours à l’hôpital, a-t-il expliqué. Les médecins ont fait du bon travail pour garder mon coude en santé.»

Pas les meilleures conditions lorsqu’on cherche à remporter la coupe Stanley.

«Je pense que je n’ai participé à aucun entraînement durant la finale, a poursuivi Bonino. Les gars me taquinaient parce que je ne jouais que les matchs et je n’avais plus à participer aux entraînements. »

Les complications ont parfois entraîné une fièvre importante, a indiqué l’attaquant.

«J’étais en quarantaine à l’hôtel, je n’étais même pas chez moi, a-t-il raconté. Ils ne voulaient pas que je m’approche du bébé!»

 Malgré tout ça, Bonino a pu amasser trois points durant la finale, dont le but gagnant lors du premier match.