LNH

Marchessault, en quête d’un contrat à long-terme

Publié | Mis à jour

Le Lightning de Tampa Bay semble avoir du succès quand le temps arrive de transformer de bons joueurs dans la Ligue américaine en aussi bons joueurs dans la Ligue nationale.

Après Alex Killorn, Ondrej Palat et Tyler Johnson, Jonathan Marchessault a poursuivi, la saison dernière, une belle évolution dans le circuit Bettman.

L’ailier droit de 25 ans a su profiter des blessures aux Palat, Johnson, Jonathan Drouin et Brian Boyle pour obtenir une place dans la formation floridienne.

«J’ai senti que je me suis vraiment adapté au style de jeu, j’ai su utiliser ma vitesse et suivre le jeu adéquatement, a noté le Québécois dans une entrevue avec la chaîne TVA Sports.

«Dans les années précédentes, on m’avait rappelé pour un match et renvoyé dans les mineures, mais là d’être rappelé et de rester c’est autre chose.»

À sa cinquième saison chez les professionnels, l’ancien des Remparts de Québec a passé son plus long séjour dans la LNH cette année.

Rappelé du Crunch de Syracuse à la mi-novembre, Marchessault a participé à 45 parties en saison régulière, et cinq matchs en séries éliminatoires.

Joueur autonome sans compensation

Marchessault deviendra joueur autonome sans compensation dès le premier juillet prochain, mais la situation ne semble pas trop embêter l’attaquant.

Avant son départ vers la Veille Capitale pour la période estivale, la direction du Lightning aurait manifesté le désir de le retrouver dans la formation la saison prochaine.

«Steve Yzerman m’a dit qu’il voulait me ravoir dans l’équipe l’an prochain, mais c’est sûr qu’ils ont beaucoup de décisions à prendre cet été, a-t-il expliqué.

«Je vais devoir voir ce que le Lightning peut offrir.»

Marchessault, qui est à la recherche d’un contrat de plus d’un an, a mentionné qu’il y avait quelques pourparlers entre son agent et la direction du club.

Le Québécois a envisagé la possibilité de se retrouver au sein d’une autre équipe du circuit Bettman, mais ne se concentre pas sur cette option pour le moment.

«Ça reste avant tout une 'business', alors nous allons voir ce qui va se passer...»

Des négociations pour Stamkos

Marchessault est conscient qu’il n’est pas au sommet de la liste de priorités du Lightning : c’est plutôt le cas pour son coéquipier et capitaine, Steven Stamkos.

Le Ligthning doit d’ailleurs accorder des contrats à plusieurs joueurs-clés, dont l'attaquant Nikita Kucherov.

«Je sais qu’il y a des négociations entre eux, mais c’est sûr que tu veux garder un gars comme Stamkos!»

Présence sur les unités spéciales

L’attaquant s’est considéré chanceux au cours de la saison et a souligné la confiance que lui à donner son entraîneur-chef Jon Cooper.

Ce dernier a fait appel à Marchessault au sein des unités spéciales.

«Il savait que j’avais un bon lancer et il a utilisé mes forces pour aider l’équipe, a mentionné le numéro 42.

Le Québécois n’a eu que de bons mots pour Cooper, un pilote unique à ses yeux.

«Il n’est vraiment pas comme les autres, a-t-il lancé avec un sourire.

Prix de consolation

Le Lightning a tenté de se rendre à nouveau en finale de la Coupe Stanley mais s’est buté aux éventuels champions, les Penguins de Pittsburgh.

La troupe de Cooper s’est inclinée en sept rencontres en finale de l’Association de l’Est.

«C’est un peu un prix de consolation, a-t-il soupiré.

«On s’est rendus au septième match contre eux, et à un match ultime on ne sait jamais ce qui peut se passer, mais ils ont été meilleurs que nous.»

Voyez l'entrevue complète de Jonathan Marchessault, dans la vidéo ci-dessus.