Pittsburgh - San Jose

Les Penguins, grands champions!

Publié | Mis à jour

Sept ans jour pour jour après l’avoir fait sur la glace du Joe Louis Arena, les Penguins de Pittsburgh ont de nouveau soulevé la coupe Stanley, dimanche soir.

Comme à l’époque, Sidney Crosby et ses coéquipiers ont eu besoin de puiser au fond de leurs ressources pour conserver, jusqu’à la toute fin de la rencontre, le mince écart les séparant du ¬championnat.

Le match était présenté en direct à TVA Sports. 

À voir : Sommaire 

Les Penguins frappent en premier

Une brève euphorie pour les Sharks

Un hommage pour les victimes d'Orlando

Une pensée pour Gordie Howe 

Sept ans, jour pour jour

Dupuis soulève la coupe, pour une dernière fois...

Le Conn Smythe à Crosby

Fleury se réjouit

Le patron est content

En fait, jusqu’à ce que Patric Hornqcist ajoute à l’avance des siens, dans un filet désert, avec 62 secondes à faire au match.

Cette fois, les représentants de la ville de l’acier l’ont emporté 3-1 face aux Sharks, dans l’intimidant SAP Center de San Jose.

Un amphithéâtre où les Sharks n’avaient perdu que trois fois en 11 occasions depuis le début des séries éliminatoires.

Il faut croire que les Penguins ont fait fi de cette statistique, eux qui ont remporté trois de leurs quatre victoires sur cette patinoire.

En mettant la main sur une quatrième coupe Stanley, les Penguins, autrefois l’une des risées de la Ligue nationale de hockey, ont rejoint les Rangers et les Islanders de New York.

But gagnant de Letang

Ce nouveau sacre a, entre autres, été rendu possible grâce au but gagnant marqué par Kristopher Letang à 7:46 du deuxième engagement. Un filet qui venait en réplique à celui de Logan Couture, ¬inscrit 79 secondes plus tôt.

Letang aura donc eu un énorme mot à dire dans cette consécration. En plus de passer environ 29 minutes sur la glace à chaque rencontre, il a récolté
cinq points. En plus de ce but, il s’est fait complice des trois autres filets gagnants des Penguins dans cette confrontation face aux Sharks.

Quant à Couture, il n’a pas à rougir de sa performance. Son but lui a permis de porter à sept son nombre de points au cours des trois matchs où les Sharks ont fait face à l’élimination.

De plus, Couture est devenu le premier joueur à atteindre le plateau des 30 points en séries éliminatoires depuis Daniel Brière, avec les Flyers de Philadelphie, en 2009-2010.

Jones en feu

Mais la rencontre aurait pu connaître son dénouement beaucoup plus tôt. Fidèle à son habitude, Martin Jones a gardé son équipe dans le match.

Après avoir cédé sur un tir de Brian Dumoulin au cours du premier vingt, le gardien des Sharks s’est dressé tel un mur.

Dans les derniers instants de cette période initiale, l’athlète 26 ans a effectué deux superbes arrêts de la jambière, en l’espace de quelques secondes, aux dépens de Crosby et de Conor Sheary.

Puis, au début de la période médiane, alors que le pointage était toujours de 1-0 en faveur des visiteurs, Jones a de nouveau étendu la jambière gauche pour priver Nick Bonino d’un but certain.

Il a fallu un tir parfait et une passe précise de Sidney Crosby depuis le derrière du filet pour avoir raison de sa vigilance.

Le deuxième effort

Ne souhaitant pas retourner à Pittsburgh pour y disputer un match ultime, les joueurs des Penguins ont démontré qu’ils étaient littéralement en mission.

Plusieurs se sont sacrifiés en effectuant des replis désespérés ou en se lançant devant des tirs. Justin Schultz et Chris Kunitz ont empêché les Sharks d’ouvrir la marque grâce à un deuxième effort leur permettant de rejoindre leur adversaire à proximité du filet défendu de brillante façon par Matt Murray.

Attaque massive payante

À l’image de la série, les arbitres ont été avares de coups de sifflet tout au long du match. Voilà pourquoi il était important de profiter du moindre avantage numérique.

Alors que les Penguins sont parvenus à capitaliser sur leur premier jeu de puissance avec le but de Dumoulin, les Sharks ont échoué dans leur tentative de faire de même. L’excellence des Penguins à court d’un homme a même empêché la troupe de Peter DeBoer de décocher un seul tir au filet pendant que Sheary se trouvait au cachot.

D’ailleurs, les Penguins ont marqué lors d’une supériorité numérique dans un troisième match d’affilée (3 en 13 dans la série). À l’inverse, les Sharks n’en ont profité que lors de la première ¬rencontre (1 en 12).