2016 NHL Stanley Cup Final - Game Four

Crédit : AFP

Pittsburgh - San Jose

«J’espère qu’on a réveillé l’ours» - Letang

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Evgeni Malkin ne tenait pas à faire grand état de la fin de sa sécheresse. En fait, il avait lui-même de la difficulté à expliquer ce soudain regain de vie.

«Je n’ai pas changé tant de choses dans ma façon de jouer. Je voulais simplement avoir la rondelle un peu plus souvent en ma possession», a déclaré le Russe, après avoir pris place sur le podium au terme de cette victoire, lundi.

Il y avait sept matchs que Malkin n’avait pas touché la cible lorsque le tir de Phil Kessel a ricoché sur son bâton avant de trouver le fond du filet, dans les premières minutes de la deuxième période.

Il était loin de pavoiser au moment de le décrire.

«Phil m’a donné un filet désert. Il n’y a pas de secret. Il faut aller au filet et rester près de lui. J’ai joué un match simple», a indiqué l’attaquant de 29 ans.

Ce but, le premier inscrit par l’attaque massive des Penguins en 13 occasions (premier en huit tentatives dans cette finale), s’est tout de même avéré celui de la victoire.

«J’espère qu’on a réveillé l’ours russe, a lancé Kristopher Letang. En série, c’est difficile d’être productif. Il y a tellement de joueurs qui essaient de bien jouer défensivement contre lui. Il demeure quand même dangereux.»

Une première en près de 60 ans

Les Penguins ne sont donc plus qu’à un gain de leur quatrième coupe Stanley. L’ambiance risque d’être à son paroxysme au Consol Energy Center, jeudi soir.

«J’aime autant ne pas y penser, a mentionné Letang, entouré de quelques journalistes québécois. Mais, en même temps, que ce soit à la maison ou à l’étranger, on s’en fout. L’important, ce sera de donner notre meilleur effort des séries.»

Pas certain que les partisans des Penguins sont du même avis. Malgré les succès passés des Pirates et des Steelers, la ville de Pittsburgh n’a pas vécu un championnat sur ses terres depuis la conquête de la série mondiale de 1960.

Certains avancent que les Pipers de Pittsburgh ont remporté le titre de l’Association américaine de basketball en 1968, mais il s’agissait d’un circuit équivalent à l’Association mondiale de hockey.