Boxe

12 faits méconnus sur Mohamed Ali

Publié | Mis à jour

Le légendaire boxeur Mohamed Ali, né Cassius Clay, n’a pas seulement marqué son époque par ses performances sur le ring.

Tout au long de sa carrière, l’athlète a aussi marqué son époque par ses rencontres et ses opinions politiques.

Voici 12 moments de son parcours atypique tels que recensés sur les sites History, Neatorama, Biography Online et CNN.

Il a jeté sa première médaille d’or aux Olympiques dans une rivière.

Selon ce qu’il raconte dans son autobiographie, c’est à son retour des Jeux Olympiques de Rome en 1960 qu’il lance sa médaille du haut du pont à Lousiville. Il a commis ce geste pour protester contre le racisme qui sévissait encore dans sa ville. Le boxeur venait toujours de se voir refuser l’accès dans un restaurant «pour blancs seulement». En 1996, le Comité international olympique lui a remis sa médaille.

Les gants qu'il portait lors de son premier championnat lui ont rapporté plus d'argent que la victoire elle-même.
50 ans après son célèbre combat contre Sonny Liston en 1964, un inconnu s’est porté acquéreur des gants de boxe pour la somme de 836 000 $. Ali avait gagné 630 000 $ à l’époque pour avoir remporté le combat.

Il a enregistré un disque.

En 1963, le boxeur s’est fait poète et a gravé un disque sur lequel on peut l’entendre déclamer son oeuvre accompagnée par un orchestre devant un public. Cet opus s’intitule «I am the Greatest».

Ses origines irlandaises

Son arrière-grand-père, Abe Grady, était un Irlandais ayant émigré aux États-Unis au 19e siècle. Il s’est installé dans le Kentucky au cours des années 1860.

On lui a interdit de boxer pendant presque quatre ans.

En 1967, au cours de la Guerre du Viêt-Nam, Ali avait refusé de faire son service militaire pour des raisons religieuses et politiques. Le champion poids lourd est alors arrêté et reconnu coupable de fraude. La Commission athlétique de l’État de New York lui a même retiré son titre de Champion.

Une courte carrière à Broadway

Durant son congé forcé du ring, Ali a fait ses débuts sur les planches à Broadway pour le spectacle «Buck White» dans lequel il tient le rôle-titre. La première eut lieu le 2 décembre 1969.

Un cadeau d'Elvis

Elvis Presley lui a donné une robe de boxe spéciale sur laquelle il était inscrit «People’s champion». Après avoir perdu le combat dans lequel il portait la robe offerte par le King, Ali a décidé de ne plus jamais la porter.

Il a inspiré le scénario de Rocky.

Lors d’un combat en 1975, Ali affronte un jeune boxeur méconnu du nom de Chuck Wepner. Même si Ali l’a remporté, le combat s’est tout de même déroulé sur 15 rounds après que Wepner dut s'incliner par K.-O. technique. La ténacité de Wepner a alors inspiré un jeune acteur-scénariste du nom de Sylvester Stallone...

La maladie de Parkinson

Ali a développé la maladie de Parkinson à la suite des nombreuses blessures qu'il a subies tout au long de sa carrière.

Sportif du siècle

En 1999, Ali a été couronné Sportif du siècle par le magazine «Sports Illustrated». Il a aussi été proclamé Personnalité sportive du siècle par la BBC la même année.

La boxe de père en fille

Sa fille, Laila Ali, a elle aussi débuté une carrière dans la boxe en 1999.

Il n’a jamais refusé de signer un autographe.

Plus jeune, lorsqu’il avait rencontré son idole, le boxeur Sugar Ray Robinson, ce dernier lui avait répondu qu’il n’avait pas le temps de signer un autographe. Le jeune Cassius Clay n’a jamais oublié ce refus et s’est juré de ne jamais le faire subir à ses admirateurs.