Pittsburgh - San Jose

Les choses se compliquent pour les Sharks

Publié | Mis à jour

Les Penguins de Pittsburgh ont une mission et c’est de reconquérir la coupe Stanley pour la première fois depuis 2009 et la quatrième fois depuis leur adhésion à la Ligue nationale de hockey (LNH) en 1967. Ils se retrouvent maintenant à deux petites victoires de la terre promise.

Le match était présenté sur les ondes de TVA Sports.

À voir :

Les Penguins ont signé un deuxième gain d’affilée contre les Sharks de San Jose en l’emportant 2 à 1 en prolongation, mercredi, au Consol Energy Center, pour prendre le contrôle de la série 2-0.

Conor Sheary a marqué le but vainqueur à 2 min 35 s en prolongation. L’ailier recrue a surpris Martin Jones d’un bon tir des poignets.

Il y a quelques mois seulement, Sheary portait les couleurs des Penguins de Wilkes-Barre. Il a fait son entrée avec le grand club au lendemain du congédiement de Mike Johnston et de l’arrivée de Mike Sullivan.

Pour un joueur qui n’a jamais été repêché, Sheary a déjà marqué deux buts depuis le début de la finale de la Coupe Stanley et il a inscrit 9 points (4 buts, 5 passes) en 19 rencontres depuis le début des séries.

Matthew Murray, une autre recrue, a bloqué 21 tirs pour obtenir sa 13e victoire des séries.

La vitesse des Penguins

Si le pointage final n’a rien de catastrophique, les Sharks devront rapidement trouver des pistes de solution pour rebondir dans cette grande finale. Encore une fois, les «Requins» n’ont pu rivaliser avec la rapidité des Penguins.

Pour gagner, les Sharks auront besoin d’une plus grande contribution de leurs gros canons. Les Joe Thornton, Joe Pavelski, Logan Couture et Patrick Marleau n’ont toujours pas pris leur envol dans cette finale.

«On attendra avant de parler des funérailles, a dit l’entraîneur des Sharks, ¬Peter DeBoer. Il reste encore beaucoup de hockey à jouer.»

Encore un bon départ

Pour un deuxième match d’affilée, les Penguins ont dicté le jeu dès les premières secondes. Gonflés par la mer jaune de partisans, les hommes de Mike Sullivan ont envahi le territoire des Sharks. Mais Jones a sauvé les meubles.

En deuxième période, Phil Kessel a poussé une rondelle qui se dirigeait tranquillement dans le filet pour inscrire son 10e but des séries. Nick Bonino, le héros du premier match, et Carl Hagelin ont obtenu les passes sur le but de l’ancien mal-aimé des Maple Leafs et maintenant mal-aimé de la formation américaine pour la Coupe du monde.

Roman Polak, un ancien des Leafs, a commis un immense revirement dans sa zone, ouvrant la porte au dangereux trio baptisé «HBK».

Réplique

Les Sharks ont repris vie en troisième période. Justin Braun a touché la cible pour la première fois depuis le début des séries. Et il ne pouvait pas choisir de meilleur moment. En deuil de son beau-père, Tom Lysiak, Braun a surpris Murray d’un tir précis de la pointe. Il ne restait que 4 min 05 s en troisième période quand les visiteurs ont créé l’égalité.

En plus d’obtenir une passe sur ce jeu, Joel Ward a bien utilisé ses 226 lb pour empêcher Murray de voir la trajectoire du tir.

Les Penguins ont finalement eu le dernier mot en prolongation.

En 25 ans d’histoire, les Sharks n’ont jamais comblé un retard de 0-2 dans une série. Ils ont perdu les neuf fois qu’ils étaient dans cette situation.