Pittsburgh - San Jose

Un bâton perdu, un but gagnant

Publié | Mis à jour

La ligne restera toujours mince entre une victoire ou une défaite. Pour les Sharks, une malchance a fait pencher la balance. Quand Brent Burns a échappé son bâton en fin de troisième période, lundi soir, il a ouvert la porte au but gagnant de Nick Bonino.

«Quand je suis passé entre les deux défenseurs, j’ai vu le bâton glisser devant moi, a rappelé Kristopher Letang. Je savais qu’il y avait un défenseur sans bâton. Juste avant le but, il (Burns) a tenté de sortir la rondelle avec ses mains. Je savais donc que j’avais plus de temps et que je profitais d’une meilleure ligne de passe.»

Letang n’a pas manqué sa passe. Il a repéré Bonino qui se retrouvait seul devant Martin Jones.

«J’ai juste essayé de me dégager du lot et Letang m’a mis la rondelle directement sur la palette, a noté Bonino. Ce n’était certainement pas mon tir le plus puissant, mais la rondelle s’est trouvé un chemin. L’important pour moi est de garder la tête froide. Quand je suis en contrôle de mes émotions, ça devient plus facile d’obtenir des chances de marquer.»

Dans le vestiaire des Penguins, Brian Dumoulin a souligné le travail de Bonino.

«On dirait que Bonino trouve toujours le moyen de marquer des buts importants et c’est bon de voir qu’il en a réussi tout un pour nous ce soir», a expliqué Dumoulin.

Depuis le début des séries, Bonino a déjà amassé 16 points (4 buts, 12 passes) en 19 rencontres. L’ancien des Canucks et des Ducks a marqué deux buts vainqueurs.

Deux périodes différentes

Si les Penguins ont complètement dominé les Sharks en première période, ce fut une histoire différente pour la deuxième.

«De la manière que nous jouions en première période, nous gardions le rythme de notre dernier match contre Tampa, a souligné Letang. Mais en deuxième, nous n’avons pas maintenu le même rythme. Je ne sais pas si c’était une trop grande confiance ou si nous essayions de protéger notre avance. Nous avons joué trop en finesse. Les Sharks ont dominé en deuxième, mais nous avons bien répondu en troisième.»

«Nous avons pris le contrôle du match en première période, avant qu’ils n’en fassent autant en deuxième, a renchéri le gardien Matthew Murray. C’est impressionnant de voir à quel point les gars ont repris le "momentum" pour finir la rencontre.»

Les Penguins ont dominé leurs rivaux 18 à 9 au chapitre des tirs au but en troisième période. En première, c’était 15 à 4 pour la bande à Sidney Crosby et Evgeni Malkin.

«Je retiens surtout que les Sharks ont du caractère et qu’ils savent s’ajuster rapidement, a mentionné Crosby. C’est le hockey des séries, tu dois surfer sur la bonne vague.»

Dans le camp des Sharks, Brent Burns a eu cette pensée à la sortie de son premier match en finale de la Coupe Stanley.

«Maintenant, nous savons dans quoi nous nous sommes embarqués, a répliqué Burns. Nous serons meilleurs à notre prochain match.»

Rust blessé

Frappé à la tête par Patrick Marleau au début de la troisième période, l’ailier Bryan Rust n’a pas terminé le match.

«Rust sera évalué au jour le jour, a affirmé l’entraîneur en chef, Mike Sullivan. C'était un coup dans l'angle mort et je suis sûr que la ligue reverra la séquence.»