Tampa Bay - Pittsburgh

Boyle: «un sentiment horrible»

Publié | Mis à jour

Difficile d’accepter qu’une saison se termine lorsque le coup de grâce survient de façon aussi dramatique.

Les joueurs du Lightning, qui n’était qu’à une seule victoire d’atteindre la finale de la coupe Stanley pour un deuxième printemps consécutif, peinaient à exprimer leur désarroi dans les instants suivant ce revers aux mains des Penguins.

«C’est un sentiment horrible. Je ne peux croire que demain s’amorcera notre saison morte», a déclaré Brian Boyle, visiblement dévasté.

Steven Stamkos, de retour au jeu pour la première fois depuis le 31 mars, abondait dans le même sens.

«C’est une défaite difficile à avaler. Mais, en même temps, je pense que peu de gens croyaient en nos chances de nous rendre aussi loin», a indiqué le capitaine.

D’ailleurs, le Lightning a failli créer l’égalité à quelques occasions au cours d’un troisième vingt où il a beaucoup mieux paru qu’en deuxième période.

«On savait qu’il restait 20 minutes et qu’elles risquaient d’être les 20 dernières de l’année. Alors, on a tenté une dernière poussée. Ils se sont bien défendus et leur gardien a effectué de gros arrêts», a mentionné Jonathan Drouin, l’un des joueurs les plus dangereux du Lightning.

Le retour de Stamkos

Le mot circulait déjà depuis près de 24 heures. Ce qui n’a pas empêché tout le monde d’être un peu surpris lorsque Steven Stamkos a foulé la patinoire pour la période d’échauffement.

«D’autres gars étaient déjà au courant, mais je ne l’ai su qu’au moment du dîner», a raconté Drouin.

«On était heureux de le voir, mais on ne l’espérait plus. À mesure que la série avançait, on ne croyait plus à son retour», a-t-il ajouté.

Plusieurs se demandent maintenant si le Torontois, dont le contrat arrivera à échéance le premier juillet, n’a pas disputé son dernier match dans l’uniforme floridien.

Évidemment, dans le vestiaire du Lightning, on n’avait pas trop le coeur à discuter de cette possibilité.

«J’ai de la misère à me faire à l’idée que notre saison est terminée. Une mauvaise nouvelle, c’est assez pour aujourd’hui», a laissé tomber Boyle, qui perdait un match ultime pour la première fois en sept occasions.

D’ailleurs, Anton Stralman a raté l’occasion de devenir seulement le deuxième joueur de l’histoire de la LNH à remporter huit matchs ultimes consécutifs. Brad Richards (8-0) est encore le seul dans ce groupe sélect.