St. Louis - San Jose

L'expérience des Sharks ne s'achète pas

Publié | Mis à jour

Patrick Marleau a passé toute sa carrière avec les Sharks de San Jose. Après 18 ans, 16 participations aux séries, 1411 matchs de saison régulière et 165 duels éliminatoires, il participera finalement à sa première finale de la Coupe Stanley.

Aucun joueur dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey (LNH) a eu à jouer autant de rencontres d’après-saison avant d’atteindre l’étape ultime.

«Nous avons eu plusieurs bonnes équipes. Mais celle-ci est un peu différente. Il y a confiance bâtie au cours de la saison et des séries. Je pense que de gagner des matchs à l’étranger nous a aidés à nous regrouper. Et nous avons transporté ça en éliminatoires. »

Acquis des Bruins de Boston en novembre 2005, Joe Thornton a disputé 149 matchs de séries avec les Sharks. Marleau et Thornton, qui ont chacun occupé les fonctions de capitaine avant que l’organisation ne décide de donner le «C» à Joe Pavelski, ont été blâmés à maintes reprises pour les insuccès des Sharks, qui ont tout de même atteint le carré d’as quatre fois.

«C’est un sentiment plutôt spécial. Évidemment c’est notre première fois. C’était vraiment bien de pouvoir accomplir ça à domicile, a souligné Thornton, en parlant également pour Marleau. Les partisans ont attendu 25 ans. Nous avons attendu 18 ans depuis nos débuts. C’est un sentiment incroyable.»

Celui qui porte fièrement l’une des barbes les plus volumineuses des dernières années, en compagnie de Brent Burns, a louangé le travail de son directeur général Doug Wilson, qui a notamment offert un contrat à Joel Ward pendant la saison morte. Celui-ci a réalisé un doublé mercredi soir pour permettre aux Sharks d’éliminer les Blues de St. Louis en six parties.

«L’an dernier lorsque j’ai regardé les séries, Wardy a joué un énorme rôle à Washington. Je pense qu’il leur a manqué cette année.»

«Vous l’avez vu encore ce soir [mercredi], lorsque les matchs sont importants, il répond toujours présent et lève son niveau de jeu.»