LNH

La Coupe Stanley, Hamonic et 50$ ont changé la vie de Bérubé

Publié | Mis à jour

Le gardien québécois Jean-François Bérubé a traversé de nombreuses épreuves avant d’atteindre les rangs de la LNH et de pouvoir soulever la coupe Stanley avec les Kings de Los Angeles en 2014.

Il évolue maintenant avec les Islanders de New York, qui ont été éliminés au deuxième tour des séries par le Lightning de Tampa Bay.

Sa route pour se rendre dans les hautes sphères du hockey a par contre été parsemée d’obstacles. Heureusement pour lui, un 50$ en particulier a tout changé.

À l’époque, son entraîneur Jocelyn Deschênes a lu dans un journal que le défunt Junior de Montréal tenait un camp d’entraînement ouvert au public. Bérubé venait de terminer une saison avec les Stars de Lachute, dans le junior AA Laurentides-Lanaudière et a écouté son mentor.

«Je suis allé là pour faire l’équipe et ça s’est produit, a raconté le gardien de 24 ans lors de l’émission Destination Coupe Stanley sur la chaîne TVA Sports.

«J’ai fait mes preuves et je suis rendu ici aujourd’hui.»

Bérubé, originaire de Repentigny, a grandement appris de cette expérience et a côtoyé le gardien des Blues de St. Louis pendant ses années en action avec le club montréalais.

«Jake et moi nous nous aidions beaucoup et encore aujourd’hui, on se parle encore et on continue de s’aider.»

Son acharnement a payé : Bérubé a été un choix de quatrième tour des Kings de Los Angeles lors du repêchage de 2009.

De 2011 à 2013, le choix de quatrième tour des Kings a joué dans la ECHL. Il a par la suite disputé une première campagne complète en 2013-2014 avec les Monarchs de Manchester, dans la Ligue américaine.

Même s’il n’a jamais joué pour les Kings, le Québécois a tout de même soulevé la coupe Stanley en juin 2014, lors du deuxième triomphe de la formation californienne.

«Je me sens vraiment choyé de pouvoir avoir vécu ça : il y a beaucoup de joueurs qui passent plusieurs années dans la LNH mais ne peuvent jamais vivre ça, a-t-il expliqué.

Une présence dans les séries cette année

Bérubé a été appelé à prendre temporairement la relève de Thomas Greiss en deuxième période du quatrième match de la série de deuxième tour, au moment où les Islanders se défendaient à court d’un homme.

Greiss a été forcé de retraiter au vestiaire pour changer la lame d’un patin. Bérubé a repoussé les deux tirs dirigés vers lui, malgré son stress.

Son coéquipier Travis Hamonic lui a donné un conseil, qui a fait rire le gardien et ainsi détendu l’atmosphère avant sa présence importante devant le filet des Islanders.

«Ne t’inquiète pas : nous sommes en désavantage numérique, nous perdons 1-0. Pas de stress, c’est juste la Coupe Stanley, lui a dit Hamonic avec un sourire.

«Ça m’a fait rire et tout de suite, on dirait que je n’avais plus de pression et m’a fait oublier le stress.»

Qui ira à la grande finale?

Le Lightning a eu le meilleur sur les Islanders au tour précédent et le gardien québécois a admis qu’il s’attend à voir les Penguins en finale de la Coupe Stanley.

«Je n’aime pas le Lightning, a-t-il révélé en riant.

Voyez l’entrevue complète de Jean-François Bérubé dans la vidéo ci-dessus.