Tkachuk

Crédit : AFP

Coupe Memorial 2016

Les Knights: une pépinière fertile

Publié | Mis à jour

Les Knights de London égaleront un record de concession d’ici quelques semaines.

Comme ce fut le cas en juin 2013, la formation de la famille Hunter verra trois de ses joueurs réclamés dès la première ronde de la séance de repêchage de la Ligue nationale de hockey!

La cuvée de 2016 est formée par les attaquants Matthew Tkachuk, Max Jones et le défenseur Olli Juolevi.

Tkachuk a été identifié par la Centrale de recrutement de la LNH le deuxième meilleur espoir (derrière le Québécois Pierre-Luc Dubois) parmi les patineurs actifs en Amérique du Nord. Juolevi pointe au cinquième rang alors que le nom de Jones est inscrit au 14e échelon.

En 2013, les Canucks de Vancouver avaient repêché Bo Horvat au 9e rang, Max Domi avait été une sélection des Coyotes de l’Arizona (Phoenix à l’époque) et les Sabres de Buffalo avaient misé sur le défenseur Nikita Zadorov avec le 16e choix.

Troisième de classe!

Malgré son brio et son potentiel de développement, Juolevi ne sera même pas le premier Finlandais repêché à Buffalo. Deux compatriotes, les attaquants Patrik Laine et Jesse Puljujarvi, le devanceront!

À l’exemple des défenseurs Jakob Chychrun (Sarnia) et Mikhail Sergachev (Windsor), Juolevi est probablement dans la mire du Canadien de Montréal, si ceux-ci reluquent un arrière. La formation montréalaise détient actuellement le 9e choix de la première ronde.

«Je n’ai pas d’attentes particulières en prévision du repêchage. Actuellement, toute mon attention est dirigée vers le tournoi de la coupe Mémorial», a mentionné Juolevi.

Au bon endroit

Son entraîneur Dale Hunter le dépeint comme un défenseur complet qui a peaufiné la qualité de son jeu depuis son arrivée à London.

«Olli a toujours été un bon joueur. Il a travaillé fort depuis qu’il s’est joint à notre organisation. C’est un bon patineur qui a ajouté du muscle à sa charpente et augmenté sa force physique au fil des mois.»

Bien renseigné par son compatriote Olli Maatta qui a défendu les couleurs des Knights durant deux saisons (2011-13) avant de graduer prématurément chez les Penguins de Pittsburgh, Juolevi savait à quoi s’en tenir quand il a atterri dans le sud de l’Ontario à la fin de l’été. Il ne regrette pas sa décision.

«Peu de Finlandais tentent l’aventure du hockey junior canadien. Toutefois, je suis convaincu que nous serons plus nombreux à l’avenir. Je suis content d’avoir fait le saut.»

Un doublé unique

Juolevi pourrait devenir le premier Européen à remporter la médaille d’or des championnats mondiaux juniors et la coupe Memorial la même année.

«Ce serait un bel exploit. Les sensations sont agréables lorsque tu te rends jusqu’au bout avec ton équipe et c’est fabuleux de jouer encore au hockey à la fin du mois de mai. »

Même si la fibre nationaliste vibre en lui, Juolevi estime que la coupe eémorial serait plus gratifiante que la médaille d’or remportée en sol finlandais début janvier.

«J’ai combattu avec les Knights pendant toute la saison. Nous avons travaillé fort pour nous rendre jusqu’ici. Ce fut gratifiant de gagner sous les couleurs de la Finlande, mais le tournoi est un événement ponctuel.»

Un choix possible

Quand un confrère de la télé lui a demandé de se glisser dans la peau d’un recruteur en chef ou un directeur général au prochain repêchage, Juolevi s’est plutôt déguisé en politicien.

«Est-ce que je réclamerais Patrik Laine ou Jesse Puljujärvi? Je procéderais d’abord à une transaction afin de pouvoir repêcher les deux!»

«Je ne peux choisir, car ils sont d’excellents joueurs et des amis! Par ailleurs, il m’est impossible de prédire lequel aura le plus d’impact dans la Ligue nationale.»