Coupe Memorial 2016

«Québec serait un succès immédiat» - Dale Hunter

Publié | Mis à jour

 Quand les bonzes de la Ligue nationale de hockey (LNH) statueront au sujet d’une expansion des rangs, décision attendue d’ici la fin du mois de juin, Dale Hunter a dit espérer que la ville de Québec ne soit pas laissée pour compte.

«Je souhaite que Québec obtienne à nouveau une équipe que ce soit via une expansion ou d’une autre façon. Ce serait un succès immédiat. Les amateurs sont des passionnés de hockey et un retour des Nordiques permettrait de raviver la passion et les rivalités d’antan avec le Canadien de Montréal et les Bruins de Boston, entre autres», estime le fougueux joueur de centre qui a défendu les couleurs des Fleurdelysés, entre 1980 à 1987.

Une fracture de la cheville avait motivé le directeur général de l’équipe Maurice Fillion à céder les services du «32» aux Capitals de Washington. Avec le choix de première ronde acquis des Caps, Québec avait sélectionné Joe Sakic.

Chaque fois qu’un poste d’entraineur en chef se libère à travers le circuit Bettman, le nom de Hunter meuble les conversations et anime les réseaux sociaux.

À l’exception d’un bref épisode derrière le banc des Capitals, de novembre 2011 au printemps de 2012, période durant laquelle il avait succédé à Bruce Boudreau (congédiement), Hunter dirige «ses» Knights de London depuis la saison 2001-02. Les rôles de propriétaire, directeur général et entraineur en chef tiennent occupé l’homme de 55 ans.

Confortable London

Une coupe Mémorial remportée en 2005 et quatre participations au tournoi depuis 2012 témoignent de l’excellence de cette concession de l’OHL. À travers autant de succès, on voit mal Hunter se laisser convaincre quitter une seconde fois London pour besogner dans la LNH.

«J’ai joué dans la Ligue nationale de hockey pendant 19 saisons», rappelle-t-il comme un gars qui n’a plus le goût de parcourir le continent d’est en ouest, valise à la main et loin des siens.

Hunter cite en exemple son homologue albertain Brent Sutter pour expliquer son attachement au sud de l’Ontario.

«Brent vit sur sa ferme à 20 minutes de l’aréna. Moi, je suis à une distance d’environ 45 minutes. Je suis confortable sur la ferme avec les membres de ma famille. Puis, j’ai la chance de diriger une équipe. J’adore le métier d’entraineur, particulièrement de travailler avec des jeunes. Par la suite, c’est agréable d’en regarder quelques-uns à la télé. Comme c’était le cas de Corey Perry, cette semaine, au Championnat mondial.»

Perry était la vedette de l’édition 2004-05 des Knights qui ont soulevé la Coupe Memorial à la suite d’une victoire contre l’Océanic de Rimouski de Sidney Crosby.