Tampa Bay - Pittsburgh

Fleury a bien fait, mais...

Publié | Mis à jour

Même s’il s’est dit nerveux, le gardien des Penguins de Pittsburgh Marc-André Fleury a fait du bon boulot vendredi lorsqu’il a sauté la glace pour la première fois des séries 2016.

La question qui va sûrement trotter dans la tête de son entraîneur Mike Sullivan au cours des prochaines heures: est-ce qu’il mérite maintenant d’obtenir son premier départ dimanche lors du cinquième match de cette série face au Lightning de Tampa Bay, qui est égale 2-2.

C’est sûr que le pilote des Penguins y songera, mais ce serait surprenant qu’il cède à la panique dans le cas de Matt Murray.

Les performances de son jeune gardien sont l’une des raisons de la présence des siens en finale de l’Association de l’Est. De plus, il ne peut pas être pointé du doigt pour la déconfiture de son équipe lors des deux premières périodes de la quatrième rencontre.

Pour revenir à Fleury, il n’a pas paru trop rouillé même s’il n’avait pas vu d’action depuis le 31 mars. Il a repoussé sept lancers, dont un sur une échappée de Vladislav Namestnikov.

«J’espérais tellement prendre part à une rencontre, a avoué Fleury, qui a été aux prises avec des symptômes d’une commotion cérébrale durant quelques semaines. Pendant les entraînements, les joueurs prennent davantage leur temps pour tirer en ma direction alors qu’en situation de match, tout est plus rapide.»

«Ça m’a fait du bien mentalement de voir que tout était en ordre de ce côté.»

Sullivan satisfait

Pour sa part, Sullivan a aimé la prestation de son vétéran.

«Il a été solide et il a bien paru dans l’ensemble, a-t-il souligné. Marc-André bougeait bien et il a effectué quelques bons arrêts.»

«Je ne l’ai pas lancé dans la mêlée avant parce que le quatrième but du Lightning est survenu avec seulement deux minutes à faire au deuxième engagement. Ce fut davantage une question de logique.»

En entraîneur expérimenté qu’il est, Sullivan n’a pas voulu fournir d’indice quant à l’identité de son gardien partant pour le prochain duel.

On peut miser un vieux 2 $ que Murray sera son homme. Par contre, s’il en arrache, le pilote des Penguins n’hésitera pas à redonner le filet à l’athlète originaire de Sorel-Tracy.

Une décision heureuse

En envoyant Fleury dans la mêlée, Sullivan a permis à Murray d’obtenir un peu de repos, mais il a possiblement voulu fouetter ses joueurs qui avaient été surclassés par leurs adversaires lors 40 premières minutes de jeu.

Cette décision lui a souri, car ses gros canons se sont mis en marche et les Penguins ont bien failli combler l’écart de quatre buts qui les séparait du Lightning.

«Parfois, quand tu procèdes à un changement comme celui-là, ça peut avoir un impact sur la suite des choses pour ton équipe, a précisé le pilote qui a refusé de blâmer son jeune gardien. Par contre, les buts que nous avons accordés étaient le résultat de belles pièces de jeu de la part de nos opposants et Matt avait fait de gros arrêts.»

Dans la défaite des siens, Evgeni Malkin a finalement donné signe de vie dans cette série en inscrivant l’un des trois buts des Penguins au dernier vingt. Pour le Russe, il s’agissait de son premier filet depuis le premier duel contre les Capitals de Washington, une disette de huit rencontres.