Coupe Memorial 2016

L’abonné des grands rendez-vous

Publié | Mis à jour

Anthony John Greer semble posséder le don inné de se retrouver au bon endroit au bon moment.

Samedi, quand les Huskies de Rouyn-Noranda disputeront leur premier match de la ronde préliminaire de la Coupe Mémorial, le natif de Joliette vivra son troisième tournoi majeur en cinq saisons.

Au printemps 2012, Greer défendait les couleurs du Phénix du collège Esther-Blondin à la Coupe Telus. Détenteur d’une avance de 5-0 en milieu de rencontre durant la finale, le Phénix s’était incliné par 6-5 devant les Rebels de Red Deer lors de cette compétition nationale de calibre midget AAA, disputée à Leduc, en banlieue d’Edmonton.

L’an dernier, sous les couleurs des Terriers de l’Université de Boston, il a également plié l’échine 4-3 en finale du «Frozen Four», dans la NCAA, devant les Friars de Providence. Un sapin accordé en troisième période par le gardien des Terriers fut le point tournant de cette rencontre.

«Le troisième essai sera peut-être le bon!, a lancé Greer en signe d’encouragement. Malgré ces défaites amères, ce sont des expériences dont je me souviendrai toute ma vie. Soyons confiants! Les Huskies forment une bonne équipe et nous avons des chances de ramener la coupe (Mémorial) à la maison», a mentionné l’attaquant de 6 pieds 3 pouces qui aime bien brasser la soupe dans le demi-cercle des gardiens rivaux.

Greer le constate, ce ne sont pas tous les hockeyeurs, même parmi ceux qui ont toujours fait partie de l’élite de leur groupe d’âge, qui ont l’occasion de participer à ces rendez-vous prestigieux du hockey nord-américain.

«Je me considère privilégié. Ça n’arrive pas à tous les joueurs. J’ai été chanceux d’évoluer au sein de bons groupes et parmi des gagnants. Que tu perdes après avoir gaspillé une avance ou par un but chanceux, peu importe. Tu t’en souviens à cause des gars avec lesquels tu as vécu ces événements. J’imagine que les souvenirs sont encore plus beaux quand tu gagnes le tournoi!»