Tampa Bay - Pittsburgh

Le phénomène HBK

Agence QMI / Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Si les Penguins de Pittsburgh passent en grande finale, ils pourront dire merci au trio de Carl Hagelin, Phil Kessel et Nick Bonino, qui a amassé cinq points, mercredi, dans le gain de 4-2 contre le Lightning de Tampa Bay.

Les trois attaquants ont à nouveau donné le ton aux Penguins alors que ceux-ci ont traversé une tempête dans les premières minutes de cette troisième rencontre de la série.

Avec leur rapidité et leur travail le long des rampes, ils ont été en mesure de relancer leur formation comme ils le font sur une base régulière depuis le début des séries. Ils ont d’ailleurs été responsables des deux premiers buts de leur équipe.

«Nos défenseurs ont été en mesure de sortir la rondelle rapidement de notre zone, a expliqué Bonino. Par la suite, on a été en mesure de bien nous installer à l’autre bout de la patinoire.»

On a cru voir les vrais Penguins pour un deuxième match de suite. On peut dire que c’est une mauvaise nouvelle pour le Lightning.

Inacceptable selon Cooper

Pour avoir une chance de venir à bout de leurs rivaux, le Lightning devra mieux protéger son gardien Andrei Vasilevskiy.

La recrue de 21 ans a reçu 48 lancers dans la défaite des siens et il s’agissait du deuxième match de suite où il faisait face à plus de 40 tirs.

Un moment donné, la loi de la moyenne va finir par favoriser la bande à Sidney Crosby.

«C’est inacceptable, a tranché l’entraîneur du Lightning Jon Cooper. C’est très décevant d’accorder plus de 40 lancers lors d’une rencontre éliminatoire à domicile.

«Je me sens mal pour mon gardien qui a tout fait pour nous garder dans la rencontre.»

Du côté du Lightning, c’est une défaite qui fait mal, mais le duel au meilleur de sept est loin d’être terminé.

«Comme on le sait, il faut avoir une mémoire à court terme en séries que tu joues bien ou pas, a indiqué Cooper. On va tourner la page sur ce qui s’est passé ce soir (mercredi).

«Demain, le soleil se lèvera à nouveau et on va se remettre au travail.»