Knights

Crédit : CRAIG GLOVER

Coupe Memorial 2016

Le fardeau des Knights

Publié | Mis à jour

Les Knights de London sauteront sur la glace vendredi soir lors du match inaugural du tournoi de la Coupe Memorial quand ils affronteront les hôtes, les Rebels de Red Deer.

L’objectif des champions de la Ligue junior de l’Ontario (OHL) s’avère toutefois de remporter le dernier match de la compétition.

Sinon, la bande de Dale Hunter pourrait être désormais reconnue comme les Bills de Buffalo de la Ligue canadienne de hockey.

Sous les ordres de Marv Levy, les Bills avaient participé à quatre Super Bowl consécutifs, de 1990 à 1993, pour y subir autant de défaites.

«Notre concession participe à son quatrième tournoi de la Coupe Memorial en cinq ans. C’est exceptionnel, mais nous souhaitons tous ramener le trophée à London. Les Hunter le méritent bien», plaide l’attaquant C.J. Yakimowicz, l’un des cinq vétérans des Knights actifs lors de la dernière présence des siens au tournoi national, en mai 2014.

Devant leurs partisans, les Knights avaient été éliminés au terme de la ronde préliminaire, devenant seulement le deuxième club hôte à plier bagage avec une fiche de 0-3. Les Remparts de Québec, édition 2003, avaient été les pionniers à vivre pareil cauchemar.

Pas le favori

Question d’ajouter un peu plus de pression aux représentants de David Branch, plusieurs observateurs ont désigné les Knights comme les favoris de la compétition. Et ce, même si les Huskies de Rouyn-Noranda ont perdu seulement neuf parties durant la saison régulière.

«Je ne crois pas qu’on puisse identifier un club favori. Trois champions de ligue participent au tournoi et Red Deer aligne une excellente équipe», a rectifié Yakimowicz.

Pour chacune des formations, le premier match de la compétition revêt une importance capitale.

«En 2014 contre Val-d’Or, nous avions bombardé leur gardien (Antoine Bibeau) d’une cinquantaine de lancers. Il avait ''goalé'' sur la tête! C’est encore frais dans la mémoire de ceux qui ont vécu le tournoi de London.»

Du «roller» à la glace

Pour freiner leur série d’insuccès à la Coupe Memorial, les Knights miseront sur Tyler Parsons, un gardien de but qui a débuté sa carrière au roller-hockey et qui est reconnu pour sa fougue.

«J’ai commencé à garder les filets sur la glace à l’âge de 11 ans, a mentionné l’athlète originaire du Michigan. La transition a été difficile au début, car je ne peux pas me déplacer en glissant sur la surface au ''roller ''.»

Dale Hunter et ses partenaires ont eu la main heureuse puisque Parsons a été greffé à l’équipe à titre de joueur autonome. «J’avais été repêché par une équipe de la USHL (Cedar Rapids) et reçu quelques offres de collèges. Mais je n’ai jamais été friand des études. Les Knights ont été la seule équipe de l’OHL qui a démontré de l’intérêt à mon endroit. Dès mon arrivée au camp (en septembre 2014), j’ai constaté que London était ma meilleure option. Tout était irréel: l’aréna, le personnel et les fans.»

Parsons soulève parfois l’ire de ses coéquipiers incapables de secouer les filets malgré leur insistance. «Je suis très intense et je ne baisse pas les bras sur les troisièmes ou quatrième lancer durant un exercice. Parfois, je dérange le ''timing '' des exercices!

Je sais que Mitch Marner et certains autres n’aiment pas ça. Ils l’ont même confié à des journalistes. Je comprends, ils veulent toujours compter des buts.»