Tampa Bay - Pittsburgh

Cooper l'avale de travers

Publié | Mis à jour

Il s’en est fallu de peu pour que le Lightning de Tampa Bay rentre à la maison avec une avance de deux victoires.

Évidemment, contre les Penguins de Pittsburgh, nous n’aurions pu parler d’une avance confortable. N’empêche, Jon Cooper et ses hommes auraient eu les coudées un peu plus franches.

«C’est un coup dur. C’est certain que c’est un peu difficile à prendre. On aurait pu rentrer à la maison avec une avance de 2-0. Il faut passer rapidement à autre chose et se concentrer sur le troisième match», a indiqué Jonathan Drouin, une fois de retour au vestiaire, lundi.

«On était venu pour remporter deux matchs. Nous n’y sommes pas parvenus, mais au moins, on en a gagné un. Et on était à un tir d’en gagner un deuxième», a fait remarquer Jon Cooper.

Cela dit, mis à part la deuxième période, le Lightning a semblé dépassé par les événements. Spécialement au cours du troisième tiers, alors que les Penguins ont dirigé 16 tirs sur Andreï Vasilevskiy.

«C’est un peu de notre faute, a soutenu Drouin. On a causé de revirements couteux en territoire neutre. Leur équipe est beaucoup trop talentueuse pour qu’on leur ouvre la porte comme ça. Des gars comme Kessel et Sid vous font payer ce genre d’erreurs.»

La magie de Vasilevskiy

Pour sa part, Cooper a plutôt montré du doigt son attaque.

«Pour un deuxième match de suite, nous n’avons pas généré suffisamment d’attaques en troisième période. On l’a fait par moment, mais nous n’avons pas été constants », a indiqué l’entraîneur du Lightning.

Par conséquent, il a une fois de plus que Vasilevskiy garde le filet de façon magistrale pour permettre à son équipe de garder espoir.

«Il nous a sorti du trouble à plusieurs occasions ce soir [lundi], surtout en première période. Même s’il ne touche pas la glace aussi souvent qu’il le souhaiterait, il travaille fort. Il a joué tout un match», a mentionné l’attaquant québécois.

Retour réussi pour Stralman

Par ailleurs, le Lightning a pu bénéficier du retour d’Anton Stralman. Même s’il n’avait pas joué depuis le 25 mars, en raison d’une fracture à un péroné, le défenseur a paru dans une grande forme.

«Il lui a fallu quelques présences pour retrouver son synchronisme. Mis à part cela, il a été fidèle à lui-même. C’est un défenseur cérébral. Il sait où se positionner sur la patinoire, a expliqué Cooper. Son but fut également très important pour lui. Il lui a confirmé qu’il était bel et bien de retour.»

Ce but a également permis au Lightning d’amorcer une remontée.

«On ne voulait pas aller en deuxième période avec un retard de deux buts, a raconté Drouin qui, moins de trois minutes plus tard, créait l’égalité. Stralman est un gros morceau pour nous. On était heureux de le revoir dans la formation. Il patine tellement bien et il contrôle la rondelle avec tellement d’aisance défensivement. Il est impossible de remplacer ce type de joueur.»