Tampa Bay - Pittsburgh

«Ma santé prime» - Stamkos

Agence QMI / Jonathan Bernier 

Publié | Mis à jour

Dans les heures précédant le deuxième affrontement entre les Penguins de Pittsburgh et le Lightning de Tampa Bay, lundi, Steven Stamkos a apporté quelques précisions sur son état.

La veille, deux collègues torontois indiquaient que leur concitoyen avait commencé un nouveau traitement d’anticoagulant qui serait sans danger pour sa santé en cas de retour à la compétition.

L’attaquant du Lightning a reconfirmé cette affirmation en soulignant qu’avec ce type de médication (le Lovenox), un athlète peut revenir au jeu de huit à 10 heures après son dernier traitement.

Cela dit, pas question de précipiter les choses et de risquer sa santé dans cette course pour l’obtention de la coupe Stanley.

«Il n’y a pas de presse. La santé prime. C’est ce qu’il y a de plus important, a indiqué le capitaine du Lightning, qui doit recevoir deux injections par jour. Je fais tout en mon possible de revenir le plus rapidement. Et le plus difficile, c’est justement de ne pas essayer d’aller trop vite.»

Peut-être que oui, peut-être que non

Voilà pourquoi il est demeuré vague à la question visant à savoir si un retour au jeu était envisageable à très court terme.

«Ça se peut que je revienne d’ici la fin de cette série, (...) mais ça se peut également que mes séries soient terminées, a-t-il déclaré. C’est frustrant de se sentir physiquement si près d’un retour et d’ignorer la suite. Car, encore une fois, c’est ma santé à long terme qui prime.»

L’athlète de 26 ans n’a pas disputé un seul match depuis le 31 mars. Il affirme lui-même qu’il lui faudra quelques entraînements plus intensifs, au cours desquels il pourra se faire bousculer, avant de renouer avec l’action.

Or, les séries étant ce qu’elles sont, les entraînements de ce genre sont plutôt rares. Cela dit, le Lightning serait tout de même bien servi avec un Stamkos à 80 % de ses capacités.