Pens

Crédit : USA Today Sports

Tampa Bay - Pittsburgh

Les Penguins. Vraiment ?

Les Penguins. Vraiment ?

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 12 mai 2016
Mis à jour 12 mai 2016

Les Penguins de Pittsburgh n'ont pas volé leur place en finale de l'Association de l'Est. Oh que non ! La façon dont ils se sont débarrassés des Rangers est étonnante et l'aplomb dans leur jeu face aux Capitals est remarquable.

Leur présence en finale de l'Association de l'Est est méritée. Ceci étant dit, je serai honnête : je suis surpris.

Oui, les Penguins sont sur une lancée depuis l'arrivée de l'entraîneur-chef Mike Sullivan. Les Penguins sont certes explosifs, dynamiques et opportunistes. Eh oui, le gardien Matthew Murray a fait la différence dans plusieurs des matchs depuis le début des séries.

Cependant, chaque fois que je me prépare à décrire un match , je ne peux m'empêcher de porter un jugement sévère sur son groupe de défenseurs. Évidemment, j'exclus Kristopher Letang qui est l'un des meilleurs arrières de la LNH.

Mais après Letang, c'est mince. Il y a Trevor Daley, Ben Lovejoy, Ian Cole, Brian Dumoulin, Olli Maatta, Justin Schultz et Derrick Pouliot. Soyons francs et honnêtes, plusieurs, mais plusieurs équipes ont un noyau de défenseurs supérieur (sur papier) à celui de Pittsburgh.

Rappelez-vous, les Penguins sont même parvenus à gagner le match no 4 contre les Capitals sans Letang (suspendu) et Maatta (blessé). Pourquoi les Capitals n'en ont-ils pas profité ?

Les défenseurs de l'édition 2015-2016 des Penguins me rappellent beaucoup ceux de la très surprenante édition 2010-2011 du Lightning de Tampa Bay. Alors dirigé par Guy Boucher, le Lightning s'était incliné en 7 matchs en finale de l'Association de l'Est devant les éventuels champions de la Coupe Stanley, les Bruins de Boston.

Cette année-là, les défenseurs du Lightning étaient Eric Brewer, Mattias Ohlund, Marc-André Bergeron, Mike Lundin, Brett Clark, Victor Hedman, Randy Jones et Pavel Kubina. Brewer et Ohlund étaient en fin de carrière alors que Hedman n'avait que 19 ans.

Tout comme le Lightning de 2011, les «Pens» de 2016 ont trouvé un style de jeu qui met en valeur les défenseurs de l'équipe. Chapeau aux Penguins !

Maintenant, la question est de savoir si la défense pourra tenir le coup jusqu'à la fin ?