San Jose - Nashville

Les Sharks étaient persuadés d'avoir gagné!

Publié | Mis à jour

Après un excellent départ dans leur série face aux Predators de Nashville, les joueurs des Sharks de San Jose n’ont ressenti que déception et frustration lors de leur voyage au Tennessee, qui s’est soldé jeudi par une deuxième défaite d’affilée et surtout, une fin controversée ayant laissé un goût amer.

Pourtant, les «Requins» ont eu toutes les chances du monde d’achever leurs rivaux et d’éviter une fin en queue de poisson dans le quatrième duel de la demi-finale de l’Association de l’Ouest. Cependant, un but refusé à Joe Pavelski durant la première période supplémentaire a été le fait saillant d’un revers de 4-3 en troisième prolongation.

Au terme de la partie, les membres des Sharks ont exprimé leur désarroi vis-à-vis cette décision.

«Il y avait beaucoup de monde dans la zone réservée au gardien (Pekka Rinne). Je me dirigeais à cet endroit, en suivant le jeu. La rondelle est arrivée, mais des adversaires me surveillaient. On m’a poussé et frappé, semble-t-il. Puis, j’ai poussé le disque, et ce, avant qu’il ne traverse la ligne des buts, a mentionné Pavelski au site NHL.com. C’est le genre de séquence qui, finalement, n’était pas entre nos mains.»

«On a bénéficié de multiples opportunités de l’emporter. Il fallait en profiter, mais on doit lever notre chapeau à Rinne. Il a effectué les arrêts au bon moment et ses coéquipiers ont capitalisé sur les erreurs, a ajouté l’entraîneur-chef Peter DeBoer. J’ai aimé notre performance et il faudra la répéter samedi.»

Surmonter la fatigue

Chez les Predators, Mike Fisher a joué les héros à la 111e minute de jeu, donnant un second souffle à son club.

«Quand vous triomphez de cette manière, ça vous procure un élan de plus, c’est indéniable», a admis Matthias Ekholm.

«C’est un gros soulagement, autant pour moi que les gars et les partisans», a émis Fisher, conscient qu’un retard de 3-1 dans la série aurait été difficile à effacer.

Néanmoins, tout cela aurait été impossible sans les prouesses de Rinne, auteur de 44 arrêts. «Il était à son mieux ce soir (jeudi), c’est tout ce que je peux dire», a précisé l’instructeur-chef Peter Laviolette.

Voyez le but refusé dans la vidéo ci-dessus.