Washington - Pittsburgh

Fleury ou Murray?

Publié | Mis à jour

Avec le retour en santé du gardien Marc-André Fleury, Mike Sullivan fera bientôt face à un difficile dilemme: ramener le vétéran devant le filet ou continuer de faire confiance à Matt Murray, fumant depuis le début des séries éliminatoires.

Comme tout bon instructeur-chef, Sullivan a refusé de se mouiller sur la question. Au terme d’un entraînement auquel seuls Fleury, Jeff Zatkoff et trois autres joueurs substituts prenaient part mardi, le pilote des Penguins a joué de prudence.

«Nous avons la chance de miser sur deux gardiens exceptionnels. Le retour de Marc-André fait assurément de nous une meilleure équipe, a d’abord indiqué Sullivan.

«Nous allons tout faire pour nous assurer qu’il revienne au sommet de son art et qu’il puisse nous aider à gagner. C’est une situation positive pour nous.»

Cela dit, pour quelle raison valable, Mike Sullivan pourra-t-il retirer Murray de son filet?

L’athlète de 21 ans a repoussé 101 des 108 tirs que les Capitals ont décochés en sa direction (pour un taux d’efficacité de ,935), dont 47 des 49 auxquels il a fait face au cours du dernier match.

Même Fleury semble se rendre à l’évidence.

«Je n’ai pas de doute que Matt gardera le filet pour le quatrième match. Il est solide depuis qu’il est arrivé avec nous», a-t-il d’ailleurs avancé.

Fleury le mentor...

Voilà qui place le Sorelois dans une position bien inhabituelle. Rarement dans son arrivée dans la Ligue nationale (LNH), il a été confiné au poste d'adjoint.

La seule fois où il s’est retrouvé dans un rôle semblable, c’était au cours des séries de 2013. Voyant que son gardien vedette éprouvait certaines difficultés, Dan Bylsma avait confié le filet à Tomas Vokoun.

Ainsi, cette situation est tout à fait différente, car Fleury se retrouve dans un meilleur état d’esprit. Assez, d’ailleurs, pour encourager son jeune coéquipier et l’aider à poursuivre ses débuts fracassants.

«J’essaie de l’aider du mieux que je le peux. Je le regarde, je l’encourage», a souligné Fleury.

«Je veux gagner. C’est un jeune qui a beaucoup de talent. Si je peux l’aider, c’est ce qu’il y aura de mieux pour lui et pour l’équipe. C’est plus amusant de jouer que de regarder les matchs, mais je vais faire mon possible pour aider l’équipe de cette façon», a-t-il ajouté.

... et le conseiller

Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, Murray n’a ressenti aucune pression supplémentaire en sachant que son coéquipier épierait ses gestes assis au bout du banc de l’équipe.

Il a même profité de la présence du vétéran pour lui demander conseil lors des pauses publicitaires.

Cela dit, la tenue irréprochable de Murray et la feuille de route qu’il a présentée partout où il est passé commencent à inciter certains observateurs à s'interroger sur l’avenir de Fleury avec les Penguins.

Quel gardien les Penguins protègeraient-ils dans le cadre d’un repêchage d’expansion? La question méritera d’être posée... une fois que les séries seront terminées.