Tampa Bay - New York Islanders

Les Islanders multiplieront les mises en échec

Publié | Mis à jour

Déroutés par la vitesse et les habiletés offensives du Lightning de Tampa Bay lors du deuxième match de la série, les Islanders de New York risquent de s’en remettre à du jeu robuste, mardi soir, devant leurs partisans du Barclays Center.

Le duel est présentement à égalité 1-1, mais advenant le cas où le Lightning continue d’imposer son rythme comme il l’a fait samedi dans la victoire de 4-1, la formation new-yorkaise aura bien du mal à s’en tirer.

Le trio composé de Matt Martin, Casez Cizikas et Cal Clutterbuck pourrait contribuer à changer l’allure de la série, s’il est davantage utilisé. Sans verser dans la violence gratuite, une généreuse distribution de mises en échec devrait ralentir l’adversaire en plus d’éveiller les partisans.

«Je pense que nous voulons toujours mener dans le département des mises en échec, a indiqué Martin, tel que cité sur le site web de la Ligue nationale de hockey. Nous sommes payés pour ça. Devant notre foule, c’est toujours plus facile. L’avantage de la patinoire sera important pour nous et nous voulons nous nourrir de l’énergie des spectateurs.»

Dans le deuxième match, Martin a une fois de plus dominé tous les attaquants des Islanders avec ses cinq mises en échec. Pourtant, il n’a été utilisé que durant huit minutes et 16 secondes. L’attaquant des Islanders mène d’ailleurs la LNH depuis le début des séries, ayant plaqué l’adversaire à 45 reprises.

En saison régulière, Martin avait également dominé la LNH avec 365 mises en échec tandis que Clutterbuck a pris le quatrième rang de la ligue, avec 288.

Même John Tavares a reconnu que le jeu physique pouvait aider les Islanders à vaincre le Lightning.

«Nous souhaitons évidemment jouer beaucoup mieux que samedi, a noté Tavares, également sur le site web de la LNH. Nous devrons rendre ça plus difficile pour eux.»