St. Louis - Dallas

Sérieuse animosité entre les Blues et les Stars

Agence QMI

Publié | Mis à jour

De tous les affrontements du deuxième tour, celui entre les Stars de Dallas et les Blues de St. Louis offre sans doute celui où le choc des styles est le plus évident.

Les Stars ont terminé au sommet de la section Centrale grâce à leur attaque spectaculaire. Leurs canons sont productifs. Avec leurs 3,23 buts marqués par matchs en saison, ils ont nettement la meilleure offensive de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Mais les hommes de Lindy Ruff ont également la pire moyenne de buts alloués – 2,78 filets par duel – des 16 formations qui ont accédé aux séries.

Ils feront face à des Blues, dont le jeu est structuré et hermétique (2,40 buts alloués par match durant le calendrier régulier). Qui plus est, le moral des troupes sera au maximum, puisque l’équipe a vaincu ses grands rivaux, les Blackhawks de Chicago.

«Dallas ne l’a pas eue facile contre le [Wild du] Minnesota parce que c’est une formation très organisée, a expliqué Mike Rupp dans un texte pour le site internet Players’ Tribune. Les Blues sont une équipe encore plus organisée et disciplinée.»

«Les Blues sont gros et ils peuvent marquer. Dallas ne pourra pas les sortir de leurs gonds. Qu’est-ce qu’ils feront quand ils verront que leur stratégie habituelle ne marche pas? Les Stars ne marquent pas des buts difficiles, ils garnissent les faits saillants.»

Attaque

Même sans Tyler Seguin, l’un de leurs éléments les plus talentueux, les Stars n’ont eu aucun problème à compter contre le Wild. Jason Spezza a inscrit neuf points dans la série.

Dans les cinq parties de saison régulière entre les deux clubs, Jamie Benn a récolté cinq points. Il en a obtenu 10 au premier tour, et sera assurément gonflé à bloc contre les Blues.

Les vétérans Patrick Sharp (quatre points) et Patrick Eaves (cinq points) ont également mis l’épaule à la roue.

Dallas devra avoir à l’œil le trio «STL» de Jaden Schwartz, Vladimir Tarasenko et Jori Lehtera, qui a totalisé 17 points en sept rencontres. Paul Stastny, Troy Brouwer et Robby Fabbri ont formé l’unité la plus productive dans le dernier mois de la saison.

Défense

La ligne bleue des Stars s’occupe autant de protéger son filet que de garnir celui de l’adversaire. Alex Goligoski, Johnny Oduya, mais surtout John Klingberg sont tous en mesure d’alimenter l’attaque, que ce soit avec une passe ou en transportant la rondelle.

La réputation des défenseurs de St. Louis n’est pas à faire. Alex Pietrangelo a terminé le duel contre les Blackhawks avec six points. «On me donne beaucoup d’occasions de m’illustrer, a expliqué Pietrangelo au site NHL.com. Je me nourris de l’énergie de mes coéquipiers.»

Gardiens

Le carrousel des gardiens à Dallas s’est arrêté sur Kari Lehtonen, qui a terminé la première série avec une moyenne de buts alloués de 2,27 et un taux d’efficacité de ,911. Niemi a entamé les matchs numéro 4 et 5, mais sa fiche indique une moyenne de 3,36 et un taux d’efficacité de ,870.

Brian Elliott s’est dressé comme un mur contre les Blackhawks, avec une moyenne de 2,40 et un pourcentage d’arrêts de 92,9 %.

Impondérables

Sharp et Oduya ont remporté la coupe Stanley avec Chicago et apportent un élément de calme au cœur de la frénésie des séries pour les Stars.

Valeri Nichushkin n’a pas encore touché la feuille de pointage, mais Ruff continue de lui faire confiance puisqu’il possède le talent nécessaire pour percer la muraille d’Elliott.

Les Blues ont exorcisé leurs démons en battant les Blackhawks. Malgré ses 40 buts en saison, Tarasenko n’a été utilisé que 17 min 02 s en première ronde – ce qui a causé l’émoi chez les partisans des Blues. Un style de jeu plus ouvert pourrait très bien aller en sa faveur.