LNH

Où ira Eric Staal?

Publié | Mis à jour

L’élimination hâtive des Rangers de New York soulève beaucoup de questions à deux mois de l’ouverture du marché des joueurs autonomes.

Parmi les points d’interrogation, il serait difficile de ne pas aborder le rendement de l’attaquant Eric Staal.

Acquis des Hurricanes de la Caroline en retour de l’espoir finlandais Aleksi Saarela ainsi que deux choix de deuxième tour aux repêchages de 2016 et 2017, le vétéran de 31 ans n’a pas livré la marchandise.

En fait, il a été relativement invisible dans la série de premier tour face aux Penguins de Pittsburgh, étant blanchi de la feuille de pointage lors des cinq matchs éliminatoires, bien qu’il ait distribué neuf mises en échec.

Mais comme le souligne Renaud Lavoie dans sa récente chronique dans le Journal de Montréal, le directeur général Jeff Gorton s’attendait à ce qu’il en fasse davantage pour aider l’équipe lors du bal printanier, lui qui n'avait pas participé aux séries depuis 2009.

«Le sympathique joueur de centre était visiblement incommodé par une blessure à une épaule et perdait souvent la possession du disque. Bref, son passage à New York n’aura rien donné de concret.»

Avec une récolte de six points en 20 rencontres depuis son arrivée dans la Grosse Pomme, on peut se demander s’il est blessé. Si ce n’est pas le cas, son prochain contrat sera nettement inférieur aux 57,750 millions$ qu’il a empochés au cours des sept dernières saisons, entente qui viendra à échéance cet été.

«La question est de savoir quelle équipe lui fera signe le 1er juillet et combien coûteront ses services», ajoute Renaud Lavoie dans son billet de lundi.

Jordan incertain

Pendant ce temps, en Caroline, le frère cadet d’Eric, Jordan, s’ennuie depuis qu'il a fait ses valises pour Manhattan. Il a déjà exprimé son mécontentement à ce sujet.

«Évidemment, j’aimerais mieux l’avoir ici», a-t-il commenté.

Les médias de Raleigh laissent maintenant planer le doute à l'effet que le jeune Staal pourrait vouloir quitter l’organisation.

Questionné sur cette possibilité, le directeur général Ron Francis a dit la semaine dernière qu’il discutera avec son joueur, qui est sous contrat pour les huit prochaines saisons à raison de 6 millions $ annuellement.

«Nous le laissons prendre du recul [sur la saison] et nous en discuterons pendant notre rencontre de fin d’année. C’est une chose que nous aborderons, sans aucun doute», a dit le DG la semaine dernière.

Si Eric a quelque peu stagné (13 buts, 26 aides) sur le plan des statistiques en 2015-2016, Jordan a connu sa meilleure campagne depuis 2011-2012 avec 20 buts et 48 points.

Il n'est pas impossible non plus que Francis tende une offre à Eric pour le réunir avec Jordan, mais hypothétiquement, il ne faut pas s'attendre à ce que l'ancien capitaine de la concession fasse sauter la banque le 1er juillet.