Nashville - Anaheim

Il y aura un 7e match!

Agence QMI / Jonathan Bernier 

Publié | Mis à jour

Reconnus pour s’effondrer lorsque vient le temps de porter le coup de grâce à leurs adversaires, les Ducks d’Anaheim ont été fidèles à leur réputation.

Tenant les Predators de Nashville au bord du gouffre, la troupe de Bruce Boudreau n’a pas été en mesure de les pousser dans l’abime.

À voir : Sommaire

Devant leurs bruyants partisans entassés dans le Bridgestone arena, les Predators l’ont emporté 3-1 pour ainsi forcer la tenue d’un septième et ultime match.

Dans ce match pour homme, au cours duquel se sont distribués 55 coups d’épaule, Mattias Ekholm, James Neal et Shea Weber, dans un filet désert, ont marqué pour les vainqueurs. Ryan Kesler a été le seul à donner la réplique.

«C’était une question de vie ou de mort pour nous. Par chance, nous avons été en mesure de connaître un fort match», a indiqué Neal, auteur du but gagnant.

Après avoir accordé 11 buts lors des trois matchs précédents, Pekka Rinne s’est montré on ne peut plus solide.

Imposant devant son filet et précis dans ses déplacements, le Finlandais n’a rien donné aux Ducks. En fait, il a fallu une rondelle libre dans l’enclave, lors d’une supériorité numérique, pour venir à bout de la muraille. Rinne, élu la deuxième étoile du match, a repoussé les 26 autres tirs.

Si le but des Ducks en fut le résultat d’un bon positionnement devant le filet adverse, ceux des Predators furent le fruit de superbes pièces de jeu.

Ekholm a dû se défaire de quelques adversaires avant de profiter de la circulation devant le filet de Frederik Andersen pour ouvrir la marque.

Sur le but de Neal, Ryan Johansen a fait tout le travail attirant dans sa direction à la fois Andersen et Simon Després. Neal n’a eu qu’à pousser la rondelle dans une cage béante.

Une habitude à changer

Les Ducks auront une deuxième occasion d’éliminer les Predators, mercredi soir, au Honda Center d’Anaheim. Cela dit, l’histoire récente ne joue pas en leur faveur.

Au cours des trois derniers printemps, ils ont détenu des avances de trois à deux dans une série. Chaque fois, ils se sont inclinés en sept rencontres.

Au moins, les joueurs des Ducks pourront jouer la carte de l’expérience, car les Predators n’ont jamais été impliqués dans un match ultime.

Perry encore blanchi

Par ailleurs, une contribution offensive de Corey Perry serait certes la bienvenue. Ce dernier a mené les Ducks avec une récolte de 34 buts cette saison. Il est toujours en quête de son premier dans cette série.

En matinée, Boudreau assurait ne pas être inquiété outre mesure.

«Il se présente encore au filet. Il est une peste pour l’adversaire, a déclaré l’entraîneur des Ducks. Lorsqu’il joue bien en territoire défensif, on sait que les buts vont venir.»

Il commencerait à être temps.

Blessé lors du troisième match, Craig Smith était de retour à son poste.