New York - Floride

Remontée inespérée des Islanders

Publié | Mis à jour

Il y a toujours des héros inattendus au printemps. Thomas Hickey a ajouté son nom à cette longue liste en marquant le but décisif dans un gain de 4-3 des Islanders de New York contre les Panthers de la Floride, dimanche, au Barclays Center.

Avant ce troisième match du premier tour, Hickey n’avait jamais touché la cible en onze rencontres en séries. Le défenseur de 27 ans a freiné cette période de sècheresse au meilleur moment possible.

Hickey a déjoué Robert Luongo à 12 min 31 s de la première période de prolongation. Les Islanders ont ainsi porté un dur coup aux Panthers en prenant le contrôle de la série 2-1.

À voir : Sommaire

Mais, encore plus importants, ils ont montré leur caractère en réduisant des écarts de 2-0 et 3-1 lors de ce match.

«Les Islanders ont une bonne équipe, ils n’abandonnent pas facilement, a résumé l’ailier Jonathan Huberdeau. Si nous ne le savions pas, nous avons eu notre leçon ce soir.»

«Oui, ça fait mal, mais nous n’avons pas perdu 7 à 1, a renchéri Gerard Gallant, l’entraîneur en chef des Panthers. Nous profiterons d’un peu de repos lors des deux prochains jours et nous reviendrons plus forts avec comme objectif de sortir d’ici à égalité 2 à 2 dans la série.»

Une mer orange

Construit pour la NBA et les Nets de Brooklyn, le Barclays Center n’a pas charmé les vieux partisans des Islanders à sa première saison. Trop loin de Uniondale, la terre du vétuste Nassau Coliseum.

Trop long trajet en train, métro ou autobus pour y accéder de Long Island. Et trop de sièges avec des vues obstruées.

Mais, pour ce premier match des Islanders en séries à Brooklyn, on avait oublié toutes les mauvaises histoires. Il y régnait une ambiance du tonnerre avant le début de la rencontre avec une mer orange de fidèles. Les serviettes aux couleurs des Islanders volaient dans les airs.

Ce n’était toutefois rien pour intimider les visiteurs.

Peu importe le résultat final de cette troisième rencontre du premier tour face aux Panthers, les Islanders avaient déjà gagné un combat, celui d’allumer la flamme du hockey à Brooklyn.

Smith en feu

Les Panthers ont rapidement refroidi l’ambiance en première période. Reilly Smith a poursuivi sur sa lancée du début des séries en marquant son quatrième but dès la 145e seconde.

Il ne faut pas changer une combinaison gagnante. Les Panthers ont misé sur la même formule en deuxième période en touchant la cible encore une fois tôt. Aleksander Barkov a marqué le premier but, mais pas son dernier, de sa jeune carrière en séries. Il n’y avait qu’une 1 min 11 s d’écouler au tableau quand il a battu Thomas Greiss.

Le Barclays Center a rugi pour une première fois à la présentation de Ralph Macchio, l’acteur incarnant Daniel LaRusso dans Karate Kid, un film culte des années 1980. La deuxième fois, les partisans ont bondi de leur siège pour célébrer un but refusé à Aaron Ekblad en raison d’un hors-jeu de Huberdeau quelques secondes auparavant.

Cette contestation remportée par Jack Capuano a changé le match. Les Islanders ont repris vie après ce jeu.

Avant la fin du deuxième tiers, les Ryan Pulock, Shane Prince et Frans Nielsen ont chacun déjoué Roberto Luongo. À l’autre bout de la patinoire, Nick Bjugstad a inscrit le troisième but des visiteurs.

Huit points en trois matchs

Si Jaromir Jagr n’a toujours pas inscrit son nom sur la feuille de pointage, Smith a encore une fois fait parler de lui. L’ancien des Bruins de Boston a ajouté trois points (1 but, 2 passes) lors de ce match pour porter sa récolte à huit points (4 buts, 4 passes) en trois rencontres seulement face aux Islanders.

Barkov et Huberdeau ont aussi connu un bon match pour les visiteurs. À eux seuls, ils ont décoché 16 des 39 tirs de leur équipe. Barkov a mené le bal avec neuf tirs contre Greiss.

Du côté des Islanders, John Tavares a encore opéré sa magie. Le capitaine a obtenu deux passes et il était au cœur de pratiquement toutes les attaques des siens. En trois matchs, Tavares a déjà inscrit six points (2 buts, 4 passes).