NHL: Tampa Bay Lightning at Montreal Canadiens

Crédit : USA Today Sports

Detroit - Tampa Bay

Une victoire importante aux yeux de Jon Cooper

Publié | Mis à jour

Personne ne semblait plus heureux que l’entraîneur-chef du Lightning de Tampa Bay Jon Cooper après la victoire des siens lors du premier match de la série face aux Red Wings de Detroit, mercredi soir.

«Avons-nous vraiment gagné le premier match d’une série?», a questionné Cooper, en riant, devant les journalistes.

L’entraîneur faisait alors allusion à son propre passé dans les éliminatoires. Avant mercredi, Cooper avait pris part à cinq séries et une seule fois, son équipe avait gagné un match numéro un.

Les partisans du Canadien de Montréal se rappelleront d’ailleurs que cette victoire était survenue, l’an dernier, contre le Tricolore, en deuxième ronde. Le Lightning l’avait emporté par le pointage de 2-1, en deuxième période de prolongation, grâce à un but de Nikita Kucherov.

«Quand on perd le premier match, il faut en gagner quatre sur six, ce qui peut sembler intimidant, a noté Cooper, sur le site web du Lightning. Ce n’est la fin du monde de prendre le match numéro 1, mais je peux simplement vous dire que nous souhaitions vraiment remporter le premier match.»

Ayant effectué 34 arrêts mercredi, le gardien Ben Bishop a été parmi les grands responsables de la victoire du Lightning.

«Il est vraiment un bon gardien, a reconnu l’entraîneur-chef des Red Wings Jeff Blashill. Mais comme tous les gardiens, nous allons obtenir des opportunités si on fait un bon travail en assurant une présence devant le filet.»

À ce niveau, l’attaquant des Wings Justin Abdelkader fait définitivement partie de ceux qui créent la circulation devant Bishop.

«Il y a une belle opportunité qui se dessine entre les deux équipes, c’est vraiment plaisant, a indiqué Abdelkader. Un joueur veut faire partie de ça. Je crois qu’on a fait beaucoup de bonnes choses. Ça ne vient pas avec le résultat qu’on souhaitait, mais c’était juste un match.»

Comme l’a note Cooper, les Red Wings devront toutefois gagner, minimalement, quatre des six prochaines parties.