Detroit - Tampa Bay

L’heure des retrouvailles a sonné!

Publié | Mis à jour

Les Red Wings de Detroit ont encore frais à la mémoire leur élimination au premier tour des séries 2015 face au Lightning de Tampa Bay. Or, ils ont déjà la chance de prendre leur revanche contre les perdants de la plus récente finale.

Le duel de cette année met aux prises deux formations ayant éprouvé des ennuis en fin de saison.

Les représentants du Michigan peuvent dire merci aux Sénateurs d’Ottawa, qui les ont propulsés dans le groupe des clubs qualifiés en défaisant les Bruins de Boston à l’avant-dernier jour de la campagne.

Detroit n’a pas aidé sa cause en encaissant deux revers d’affilée pour conclure le calendrier, mais ce fut suffisant pour atteindre les séries une 25e fois de suite.

Pendant ce temps, le vestiaire du Lightning ressemble davantage à un hôpital. Steven Stamkos est aux prises avec des caillots sanguins et sera confiné à la galerie de presse.

Anton Stralman ne reviendra pas au jeu, tandis que Victor Hedman, Ryan Callahan, Nikita Kucherov et Tyler Johnson – assommé par Greg Pateryn, du Canadien de Montréal samedi,– ne sont pas à leur mieux.

Conséquemment, ces deux équipes n’ont pas été électrisantes dernièrement, de sorte que leur confrontation risque d’être serrée, à l’image de celle de l’an passé. Néanmoins, Tampa Bay pourrait avoir le dessus en dépit des absents.

Les Wings ont présenté un différentiel de -13 au chapitre des buts comptés et concédés.

Attaquants
À couteaux tirés avec son directeur général Steve Yzerman, Jonathan Drouin a une chance rêvée de se faire de nouveaux amis. Ayant passé quelques semaines avec le club-école à Syracuse, il a été rappelé pour combler la perte de Stamkos et de ses 36 buts.

La tâche de remplacer l’as marqueur ne sera pas facile, mais celle-ci ne concerne pas uniquement Drouin. S’ils sont capables d’offrir leur plein potentiel, Kucherov et Johnson seront des éléments-clés dans ce duel. Le premier d’entre eux est blessé au pied, mais il demeure une arme redoutable en vertu de ses 30 filets et 66 points.

Quant à Johnson, il a beaucoup à se faire pardonner. Après une campagne et des séries 2015 impressionnantes, il a fortement déçu avec seulement 38 points en 69 sorties. Il devra mieux faire si sa formation espère triompher.

De leur côté, les Alexander Killorn et Valtteri Filppula peuvent faire mal à l’adversaire si on leur laisse de l’espace.

À Detroit, Pavel Datsyuk est sur ses derniers milles, tandis qu’Henrik Zetterberg ne rajeunit pas, mais la relève promet avec les Dylan Larkin, Tomas Tatar, Gustav Nyquist et le moins jeune Justin Abdelkader, 29 ans. Les quatre ont tous franchi le cap des 40 points.

Défenseurs

Parmi les 16 clubs en lice, les Wings affichent le deuxième pire dossier défensif. Niklas Kronwall a terminé avec un horrible différentiel de -21, alors que Mike Green représente encore un danger dans sa zone. Jonathan Ericsson,

Danny DeKeyser et Brendan Smith font du boulot honnête.

En Floride, il y a bien Hedman, mais dans quel état est-il? Par contre, en pleine santé, il vaut son pesant d’or. Ses 47 points et son bilan de +21 le prouvent. Braydon Coburn, Andrej Sustr et Matthew Carle devront prendre les bouchées doubles en l’absence de Stralman.

Gardiens

La série pourrait se jouer à ce niveau. Le géant Ben Bishop a terminé avec un très bon taux d’efficacité de ,926 et 35 victoires à son actif. Il est l’un des gardiens les plus intimidants du hockey.

À l’opposé, les Jimmy Howard et Petr Mrazek sont tout sauf rassurants. Le second devrait entamer la série, mais en dépit de statistiques intéressantes, il semble avoir la fâcheuse habitude de concéder des buts douteux au mauvais moment.

Impondérables

Malgré leur jeune âge, les deux entraîneurs en présence ont rapidement acquis de la crédibilité.

Chez le Lightning, Jon Cooper, 48 ans, a pris beaucoup d’assurance depuis son arrivée derrière le banc en 2013. Fort de 101 gains en 180 parties régulières et de cinq rondes éliminatoires en deux ans, il a un léger avantage sur son vis-à-vis Jeff Blashill, une recrue de 42 ans qui en sera à sa première expérience en séries de la LNH.