San Jose - Los Angeles

La bataille de la Californie

Publié | Mis à jour

Il y a une grande rivalité entre les équipes de la Californie.

Et deux de ces trois formations s'affronteront lors du premier tour des séries éliminatoires : les Kings de Los Angeles et les Sharks de San Jose.

Ce sera aussi l'occasion de voir l'une des meilleures attaques de la Ligue nationale de hockey contre l'une des meilleures défensives.

Les Sharks ont en effet terminé au 4e rang pour les buts marqués alors que les Kings ont pris le 3e rang pour les buts accordés.

Attaquants

Joe Thornton et Joe Pavelski ont fait la pluie et le beau temps cette saison, amassant respectivement 82 et 78 points.

Ils ont chacun amassé plus de points que le grand meneur des Kings, Anze Kopitar, qui a pour sa part récolté 74 points.

Jeff Carter, Tyler Toffoli et Milan Lucic, des Kings, ont connu des saisons respectables, tout comme Patrick Marleau, Tomas Hertl et Joel Ward.

Logan Couture, qui a raté plusieurs matchs en raison d'une blessure, pourrait aussi jouer un grand rôle pour les Sharks.

Marian Gaborik, qui a lui aussi manqué plusieurs rencontres en raison de blessures, ne sera pas en mesure de commencer la série.

L'avantage est donc du côté des Sharks.

Défenseurs

Brent Burns a connu une saison remarquable avec une récolte de 75 points. Seul Erik Karlsson, des Sénateurs d'Ottawa, a amassé plus de points que lui parmi les défenseurs de la LNH.

Il a toutefois un adversaire de taille du côté des Kings : Drew Doughty. Ce dernier a produit beaucoup moins de points (51), mais a affiché un différentiel de +24, comparativement à -5 pour Burns.

Et il ne faudrait surtout pas oublier Marc-Édouard Vlasic. Le Québécois est l'homme de confiance en défensive pour les Sharks.

Les autres défenseurs des deux formations ne sont pas des étoiles et on peut dire qu'il y a égalité à ce niveau.

Gardiens

Du côté des Sharks, Martin Jones obtiendra le premier départ, mais James Reimer n'est jamais trop loin.

Mais que ce soit un ou l'autre, l'avantage est indéniablement du côté des Kings avec Jonathan Quick. Il a remporté la coupe Stanley à deux reprises et est toujours à son meilleur en séries.

Jones, lui, n'a aucune expérience en séries alors que Reimer n'a que sept matchs derrière la cravate.

Impondérables

Difficile de prédire le parcours des Sharks. Chaque année, on croit que ce sera la leur, mais chaque fois, ils déçoivent.

Il y a lieu de croire que cette fois, ils ont appris des années précédentes et qu'ils sont plus prêts que jamais... mais qui sait?

À 36 ans, Thornton vient de connaître sa meilleure saison depuis 2010 et le succès - ou l'insuccès - des Sharks en séries risque fort bien de passer par lui.