Minnesota - Dallas

Une rencontre entre le Wild et son ancêtre

Publié | Mis à jour

C’est la première fois que le Wild du Minnesota affrontera les Stars de Dallas dans le cadre des séries éliminatoires de la LNH.

Il s’agit d’ailleurs d’une confrontation entre l’équipe actuelle du Minnesota et celle qui a représenté cet état américain entre 1967 et 1993 avant de déménager au Texas.

Les Stars ont terminé au sommet du classement de l’Association de l’Ouest en vertu d’une fiche de 50 victoires, 23 défaites et neuf défaites en prolongation pour 109 points. Ils affrontent donc logiquement le dernier qualifié dans l’Ouest, le Wild, qui a terminé la saison avec 38 victoires et 22 points de moins.

Le Wild a donc toute une commande sur les bras. Parce que les Stars ne manquent pas de puissance à l’attaque. Leur grand meneur, Jamie Benn, est taillé sur mesure pour les séries éliminatoires et sera probablement très remonté à l’idée de prouver qu’il peut mener une équipe à la victoire lors du grand bal printanier de la LNH.

Vainqueur de la médaille d’or à Sotchi en 2014, Benn a également mené son équipe en finale du tournoi de la Coupe Memorial en 2009. Le joueur de 26 ans a déjà une bonne expérience des matchs où l’enjeu est grand : il sera assurément à surveiller.

Benn est loin d’être seul. Le redoutable Tyler Seguin ne sera peut-être pas immédiatement à ses côtés en raison d’une coupure à un tendon d’Achille, mais il sera de retour avant longtemps. Seguin est un patineur explosif et un marqueur redoutable. Vient ensuite l’expérience de Jason Spezza et Patrick Sharp. En défensive, le jeune John Klingberg et ses 58 points en saison régulière représentent un solide atout. Devant le filet, Kari Lehtonen et Antti Niemi continueront de se partager le travail : rappelons que le second a participé à la conquête de la coupe Stanley des Blackhawks en 2010.

Le Wild a pour sa part connu une saison compliquée, marquée par le congédiement de l’entraîneur Mike Yeo, qui a été remplacé par John Torchetti. La formation du Minnesota était à cinq points de la dernière place donnant accès aux séries lorsque Yeo a été limogé en février. Elle s’est reprise à temps sous Torchetti.

Il y a cependant un problème majeur du côté du Wild à l’approche des séries : l’état de santé de son meilleur attaquant, Zach Parisé. Aux prises avec une blessure dont la nature n’a pas été divulguée, le joueur de 31 ans pourrait s’absenter un certain temps, ce qui causerait un trou béant dans l’attaque de l’équipe. Par ailleurs, Thomas Vanek ratera aussi les premiers matchs de la série en raison d’une blessure au haut du corps. L’Autrichien a certes connu une fin de saison difficile, mais le Wild préfèrerait sûrement l’avoir dans sa formation.

Malgré ces absences, il reste encore quelques bons joueurs capables de faire des dommages. Le capitaine Mikko Koivu a été égal à lui-même cette saison, tandis que Charlie Coyle a poursuivi sa progression, atteignant le plateau des 20 buts pour une première fois. En défense, le Wild a une belle profondeur derrière l’excellent Ryan Suter, qui vient de compléter la saison la plus productive de sa carrière dans la LNH. Devant le filet, Devan Dubnyk, finaliste pour le trophée Vézina l’an dernier, a certes connu des ennuis en début de campagne, mais a retrouvé son aplomb sous Torchetti en remportant 14 victoires en 24 sorties.

Les blessures représentent l’un des impondérables les plus importants dans cette série et à cet égard, les Stars ont l’avantage, puisque Seguin est le seul joueur important à être absent, et il pourrait effectuer un retour au jeu au cours de la série. En ce qui concerne Parisé, le quotidien «Minneapolis Star-Tribune» indiquait récemment que l’attaquant-vedette était peut-être aux prises avec une blessure sérieuse. Par ailleurs, le rapide attaquant du Wild Erik Haula est également blessé : spécialiste des missions défensives, son absence pourrait aussi faire mal, d’autant plus que son apport offensif avait augmenté sous Torchetti.