Canadiens de Montréal

Réplique cinglante des Panthers

Publié | Mis à jour

Après avoir joué les trouble-fête aux dépens des Red Wings et du Lightning, le Canadien de Montréal croyait bien pouvoir faire de même avec les Panthers de la Floride.

À voir : Sommaire

VIDÉO | Torrey sévit 

VIDÉO | Exécution parfaite! 

VIDÉO | Thornton en furie contre Emelin 

VIDÉO | Qui d’autre que GALLAGHER!

C’était bien parti. En avance 3-0, la troupe de Michel Therrien a toutefois vu les locaux répliquer avec quatre buts sans riposte.

Menés par une soirée de quatre points d’Aleksander Barkov, les Floridiens l’ont emporté 4-3, samedi devant leurs partisans.

Le Finlandais de 20 ans a inscrit deux buts, dont celui de la victoire alors qu’il ne restait que 29 secondes à la troisième période.

Jaromir Jagr et Jonathan Huberdeau, ses deux compagnons de trios, ont également fait bouger les cordages.

«Ils sont gros, ils jouent bien avec la rondelle, ils la protègent bien et ils se complètent à merveille», a mentionné David Desharnais pour expliquer les succès de ce trio.

Grâce à ce gain spectaculaire, les Panthers ont établi une marque d’équipe en savourant une 44e victoire cette saison.

Les ailes de Gallagher

Alors qu’on a fait grand état de l’absence de Carey Price pour expliquer les déboires du Canadien, on a parfois omis de reconnaître celle de Brendan ­Gallagher à sa juste valeur.

De retour au jeu après une absence de 12 rencontres, l’attaquant albertain a donné des arguments à ceux qui le considèrent comme le leader ultime de cette équipe.

Comme il l’avait fait lors de son premier retour, dans le cadre de la Classique hivernale, Gallagher a noirci la feuille de pointage.

Il n’y avait qu’un peu plus de 10 minutes d’écoulées au premier engagement lorsque Gallagher a trompé la vigilance de Roberto Luongo en redirigeant un tir de Joel Hanley.

La peste du Canadien croyait bien avoir ajouté une passe à sa fiche en voyant Andreï Markov faire dévier un de ses relais, mais la contestation de Gerard Gallant a démontré que Max Pacioretty était hors jeu lors de l’entrée de Gallagher en territoire des Panthers.

Sa fougue a semblé donner des ailes au Canadien, parvenu à creuser un écart qu’on aurait pu croire confortable grâce aux buts de Gallagher, de David Desharnais et de Torrey Mitchell.

Une leçon de hockey

Cela dit, on a senti le vent tourner dès le début de la deuxième période.

À partir de ce moment, l’unité composée de Barkov, Jagr et Huberdeau a donné une leçon de hockey aux visiteurs.

Disons que la jeune brigade défensive du Tricolore a eu droit à un cours accéléré de hockey de la LNH.

Totalement débordée, la défense montréalaise a accordé 31 tirs aux Panthers au cours des 40 dernières minutes de jeu.

«On a laissé filer une avance de trois buts. C’est une façon difficile de perdre», a indiqué Mike Condon qui, en tout, a affronté 38 tirs.

Le gardien du Canadien a fait ce qu’il a pu, réussissant quelques arrêts spectaculaires au passage, mais les attaquants des Panthers l’ont finalement eu à l’usure.

Autre blessé

Comme il ne se passe pas un match sans qu’un de ses joueurs tombe au combat, le Tricolore a dû terminer la rencontre avec seulement cinq défenseurs.

Brett Lernout, qui disputait son premier match dans la LNH, a quitté la rencontre au terme de la deuxième période en raison d’une blessure au bas du corps.

Greg Pateryn, lui, en a été quitte pour une bonne frousse après avoir reçu en plein visage une rondelle provenant du bâton de Steven Kampfer.

Le Canadien et les Panthers s’affronteront de nouveau mardi au Centre Bell.