Blue Jays - MLB

Booooooonsoiiiiiir, «Big Papi»!

Booooooonsoiiiiiir, «Big Papi»!

Rodger Brulotte

Publié 01 avril 2016
Mis à jour 01 avril 2016

C’est une fin de semaine de plaisir, oui, mais aussi nostalgique, parce qu’on rend hommage à David Ortiz, à son dernier passage à Montréal dans le cadre des matchs préparatoires entre les Blue Jays de Toronto et les Red Sox de Boston.

On saluera aussi deux grands Expos, Pedro Martinez, qui a été intronisé au Temple de la renommée, et Tim Raines qui cogne à sa porte.

L’engouement est incroyable! On dépasse 106 000 spectateurs pour la fin de semaine. Si on avait plus de sièges, on aurait vendu encore plus de billets. Le fun dans tout ça, les sceptiques dans trois ans qui disaient : on verra ce qui va se passer, maintenant, que diront-ils?

La beauté, c’est le groupe d’âge est encourageant. Ils sont jeunes.

Les sceptiques veulent entendre des commentaires négatifs. Quand ils entendent du positif, pour eux, c’est redondant. Montréal est une ville de baseball et on en a la preuve ce week-end, pour une troisième année consécutive.

Imaginez si nous avions un stade moderne au centre-ville. Le Stade olympique est prêt pour la fin de semaine, mais pas pour une saison complète du baseball majeur. Regardez dehors, la pluie qui s’abat sur Montréal ces jours-ci, en plus de la neige qui menace jusqu’au mois d’avril, et venez me dire qu’on n’a pas besoin d’un stade avec un nouveau toit.

Le même engouement qu’une vedette de la LNH qui vient à Montréal une ou deux fois par année.

L’année dernière, on n’avait aucune idée de ce que les Blue Jays seraient en mesure d’accomplir. Maintenant, cette équipe nous donne l’espoir de se battre dans la course au championnat, comme la saison dernière.

Excitants, ces Blue Jays

Oui, les amateurs québécois de baseball ne peuvent pas vraiment s’identifier à un autre club que les Jays. Mais la saison passée, ils nous ont embarqués et pas à peu près dans leur poussée jusqu’au championnat de la Ligue américaine.

Il faut seulement qu’ils commencent à jouer dès le mois d’avril et pas au mois de juin.

En 2015, tout a commencé quand les Jays ont effectué des grosses transactions. Maintenant, les joueurs sont bien installés.

Mes points d’interrogation? Marcus Stroman et Aaron Sanchez. Que vont-ils nous donner? Tu sais ce que R.A. Dickey va réaliser : 200 manches, 13 victoires et huit ou neuf défaites – un nombre de revers qu’il devra s’affairer à baisser. Je ne suis pas inquiet. Tu sais que J.A. Happ va servir de bon partant pour compléter la rotation.

Mais Stroman et Sanchez? On n’a pas encore vu ces deux jeunes pendant une saison complète. De toute façon, indépendamment de leurs performances, la relève assurée par Roberto Osuna et Drew Storen fera la différence au monticule. Tu ne peux pas te plaindre d’eux.

Le meilleur est à venir.