LNH

Les plus gros noms ne sont pas toujours les grands gagnants

Christine Gosselin

Publié | Mis à jour

Les coups de théâtre et les échanges monstres ne sont pas toujours au centre d’un triomphe de la Coupe Stanley.

L’histoire a démontré, à quelques reprises, que les gros changements effectués par une équipe de la Ligue nationale de hockey dans les dernières trépidantes heures de la date limite des transactions n’ont pas nécessairement aidé la franchise à soulever le fameux trophée.

Cette saison, l’ancien capitaine des Jets de Winnipeg Andrew Ladd pourrait possiblement devenir la pièce du casse-tête manquante pour un deuxième triomphe consécutif de la dynastie des Blackhawks de Chicago.

Cependant, les exemples des récentes saisons vous convaincront peut-être qu’un autre échange «anodin» deviendra le grand gagnant.

2015 – La fin de la traversée du désert

Au cours de la dernière campagne, la transaction impliquant le défenseur des Coyotes de l’Arizona Keith Yandle avait amplement retenu l’attention.

Les Rangers de New York avaient cédé le Québécois Anthony Duclair, l’arrière John Moore, un choix de premier tour en 2016 et un choix de deuxième tour en 2015 pour les services de Yandle. Un gros retour!

Malheureusement, l’arrivée du défenseur n’a pas pu pousser les «Blue Shirts» vers la Coupe Stanley : Le Lightning de Tampa Bay s’est qualifié pour le championnat en remportant la finale de l’Est en sept matchs.

Mais... un autre ancien joueur du désert a su profiter de son déménagement pour goûter à la victoire ultime. Antoine Vermette a quitté pour Chicago, qui s’est départi d’un espoir et d’un choix de premier tour pour le Québécois.

Ce dernier est devenu l’un des héros obscurs des Blackhawks, marquant trois buts gagnants dans les séries. Il a ainsi gravé son nom sur la coupe Stanley pour la première fois de sa carrière.

Un autre gros but de Vermette - TVA Sports

2014 – Le Tricolore bouge mais...

En 2014, les Canadiens de Montréal ont acquis l’attaquant Thomas Vanek et un choix de cinquième tour des Islanders de New York, en retour d’un choix de deuxième ronde et de l’espoir Sebastian Collberg.

Tout le monde en parlait : Vanek était quand même le joueur qui avait refusé une prolongation de contrat de 50 millions avec les Islanders!

Vanek n’a toutefois pas su aider le Tricolore dans les derniers matchs importants de l’équipe lors du bal printanier : il n’a pas réussi à marquer au cours des six duels de la finale de l'est face aux Rangers.

C’est plutôt Marian Gaborik qui est sorti vainqueur de cette série d’échanges. Les Kings de Los Angeles se sont départis de Matt Frattin, d’un choix de deuxième tour et un de troisième pour obtenir l’attaquant des Blue Jackets de Columbus.

Il a récolté 14 buts en 26 rencontres pour permettre aux Kings de remporter la Coupe Stanley : il n’a pas coûté si cher après tout.

2013 – Beaucoup d’appelés, peu d’élus...

Où donner de la tête lors des derniers jours précédant la date limite des transactions en 2013?

Jarome Iginla qui quitte Calgary pour les Penguins de Pittsburgh? Jaromir Jagr qui aboutit à Boston avec les Bruins? Jay Bouwmeester qui atterrit dans la cour des Blues à St. Louis? Ou le Québécois Jason Pominville au Minnesota?

Eh non... c’est un simple échange des Blackhawks qui a finalement fait la différence. Chicago a obtenu les services de l’attaquant Michal Handzus, des Sharks de San Jose, en retour d’un choix de quatrième tour.

Le déménagement a fait du bien à Handzus, qui a enregistré trois buts et 11 points en 23 matchs des séries, en route vers une Coupe Stanley avec les Hawks.

Et cette année...

Qui fera la différence cette saison dans le groupe des joueurs nouvellement échangés?

Ladd pourrait bien sûr être l’exception qui confirme la règle (ou dans ce cas-ci, la tendance), mais si c’était l'ancien du Tricolore Dale Weise, acquis par les champions, qui faisait pencher la balance?

Ou encore mieux, si l’acquisition de l’ancien porte-couleurs des Canadiens Devante Smith-Pelly par les Devils du New Jersey était la transaction championne de cette année...