Transactions 2016

Le CH fait signe à Mike Brown

Publié | Mis à jour

Lorsque les Sharks de San Jose ont placé son nom au ballottage, Mike Brown se doutait bien qu’il ne finirait pas la saison en Californie. Cependant, il était loin de se douter du dénouement des 24 heures suivantes.

«J’étais assis à la maison lorsque j’ai appris la nouvelle ce matin. J’habite à trois minutes d’ici. Donc, je me suis pointé à l’aréna et j’ai stationné ma voiture au même endroit que d’habitude. Cependant, au lieu de tourner à gauche, une fois à l’intérieur de l’édifice, je me suis dirigé vers la droite», a raconté le nouveau venu du Canadien de Montréal au terme de l’entraînement matinal, lundi.

«Et c’est ce qu’il y a de plus étrange. Je reste au même endroit, mais je change de vestiaire et j’affronterai l’équipe à laquelle j’appartenais ce matin», a ajouté l’Américain à quelques heures de son premier match dans son nouvel uniforme.

Avec un seul but et deux mentions d’aide en 44 rencontres cet hiver, le hockeyeur de 30 ans ne s’amène pas avec le Tricolore pour contribuer à l’attaque.

«Je sais pourquoi on est venu me chercher. Je ne dois rien changer», a lancé le robuste attaquant qui compte sept bagarres à sa fiche cette saison.

Utilisé à la droite de Michael McCarron, il veillera à ce que la recrue ne soit pas victime d’intimidation lorsqu’elle se servira de ses épaules ou tentera de voiler la vue du gardien adverse.

«On aura beaucoup de jeunes dans la formation au cours des 20 prochains matchs. Ce sera bon pour eux d’avoir un coéquipier avec du caractère capable d’amener de la ténacité, a expliqué le directeur général Marc Bergevin au moment de dresser le bilan de sa journée.

Pourquoi pas Scott?

Curieusement, le Canadien misait déjà sur un joueur capable de s’acquitter de cette tâche chez les IceCaps de St. John’s. Pourquoi ne pas avoir fait appel à John Scott?

«C’est un joueur différent. Le coup de patin de Mike Brown est meilleur», a précisé Bergevin.

Disons que ce n’est rien pour éclaircir la situation nébuleuse dans laquelle Scott a été acquis des Coyotes de l’Arizona.

«Je devais faire cette transaction. Je ne peux vous en dire plus, mais si je le pouvais, vous comprendriez pourquoi», avait mystérieusement lancé Bergevin, précisant, au moment de l’échange, que l’acquisition du géant n’avait rien à voir avec sa présence controversé au match des étoiles.

Brown en est maintenant à sa sixième équipe dans la Ligue nationale. Il a également porté l’uniforme des Canucks de Vancouver, des Ducks d’Anaheim, des Maple Leafs de Toronto et des Oilers d’Edmonton.

«Je suis maintenant habitué au changement. J’ai une femme et deux enfants. La bonne chose, c’est que cette fois, je pourrai rentrer à la maison et préparer mes boîtes.»