Coupe du monde de hockey

Projection Coupe du monde : les États-Unis

Matt Larkin | The Hockey News

Publié | Mis à jour

Les États-Unis détiennent le deuxième bassin de joueurs le plus important parmi les équipes de ce tournoi, ce qui a nécessité une réflexion approfondie. Il y aura plusieurs différences dans les choix de différents partisans ou experts.

Les Américains, tout comme les Russes, ont raté plusieurs belles occasions sur la scène internationale. Les États-Unis ont été sans médaille dans trois des cinq Jeux olympiques depuis la participation des joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH). La formation américaine a aussi perdu deux fois en finale contre le Canada. Ce n’est pas plus rose lors des Championnats du monde, lors desquels elle ne compte que deux médailles de bronze au cours des 11 dernières présentations. Le programme national a tout de même développé plusieurs bons jeunes et mérité l’or au Mondial junior en 2010 et 2013. Le futur est prometteur. Les Américains forment possiblement l’une des trois meilleures équipes de la Coupe du monde, plus solides que jamais en défensive.

Voici ma formation. Un rappel: chaque joueur doit être âgé de 24 ans ou plus en date du 1er octobre 2016. Ce qui veut dire que Johnny Gaudreau, Brandon Saad et Jack Eichel ne sont pas disponibles.

Zach Parise – Joe Pavelski – Patrick Kane

Max Pacioretty - Derek Stepan - Blake Wheeler

James van Riemsdyk – Tyler Johnson – Phil Kessel

Chris Kreider – David Backes – Kyle Okposo

T.J. Oshie

 

Ryan Suter – John Carlson

Ryan McDonagh – Justin Faulk

Dustin Byfuglien – Kevin Shattenkirk

Erik Johnson

 

Cory Schneider

Johnathan Quick

Ben Bishop

 

Gardiens

Ben Bishop

Il est grand, athlétique, contrôle bien la rondelle et est dans ses meilleures années. Bishop sera un numéro 3 qui peut facilement épauler le premier gardien.

Jonathan Quick

Quick est pratiquement assuré de faire l’équipe, mais je ne le place pas comme partant. Ça peut être vu comme un sacrilège en raison de ses deux bagues de la Coupe Stanley et son expérience, mais il y a simplement un joueur meilleur que lui pour ce poste.

Cory Schneider

Toujours constant, Schneider possède le meilleur pourcentage d’efficacité dans l’histoire de la LNH. À presque lui seul, il a permis aux Devils du New Jersey de lutter pour une place en séries. Donnons-lui une chance d’amorcer la compétition.

En considération: Craig Anderson, Jimmy Howard, Ryan Miller

Défenseurs

Dustin Byfuglien

Les Jets de Winnipeg savent ce qu’ils ont en Byfuglien: un joueur unique. Nommez-moi un autre hockeyeur de 6 pi et 5 po et 260 lb mobile, qui bouge bien la rondelle et qui peut aussi évoluer en attaque en raison de ses habiletés. Il frappe dur et possède tout un tir. Les Jets l’ont récompensé avec un lucratif contrat. C’est maintenant le moment pour les dirigeants de l’équipe américaine de lui faire une place. Croyez-le ou non, il n’a jamais joué dans un évènement majeur de la scène internationale.

John Carlson

Il joue dans l’ombre à Washington puisque les Capitals ont tellement de vedettes et parce qu’il a raté plusieurs matchs en raison d’une blessure. Carlson est un joueur idéal pour une première paire. Il joue de grosses minutes, affiche une excellente production et peut affronter les meilleurs joueurs adverses. Ce n’est pas le plus robuste, mais il est solide dans toutes les facettes du jeu. Un défenseur droitier de premier plan.

Justin Faulk

Histoire vraie: lors de la journée des médias en marge du dernier match des étoiles, je l’ai approché. Il était seul. J’ai regardé autour de moi et je lui ai demandé: «Est-ce qu’il y a des gens qui attendent pour te parler?», sans savoir pourquoi il était silencieux. «Non, je suis simplement assis ici», a-t-il répondu. Ce moment a bien résumé à quel point il est loin des projecteurs en Caroline. Personne ne semble réaliser à quel point ce jeune est talentueux. Si l’on exclut Byfuglien et Brent Burns puisqu’ils évoluent parfois en attaque, seuls Oliver Ekman-Larsson, Erik Karlsson et Shea Weber ont compté plus de buts que Faulk au cours des deux dernières années parmi les défenseurs.

Erik Johnson

Ce fut un choix difficile entre Johnson et Torey Krug pour le poste de septième arrière. J’ai choisi Johnson puisque l’équipe mise déjà sur plusieurs bons joueurs en avantage numérique et que Johnson est plus gros et plus polyvalent que Krug.

Ryan McDonagh

Son coup de patin est si fluide et il accumule les minutes comme si de rien n’était. Il sera assurément au sein de l’un des deux premiers duos.

Kevin Shattenkirk

Shattenkirk est parmi les meilleurs distributeurs de rondelle et il est un quart-arrière idéal pour le jeu de puissance. Il pourrait former une excellente paire avec Byfuglien.

Ryan Suter

Il joue plus de minutes que quiconque et ce devrait être encore le cas à la Coupe du monde.

En considération: Zach Bogosian, Danny DeKeyser, Cam Fowler, Jake Gardiner, Alex Goligoski, Andy Greene, Torey Krug, Nick Leddy, Paul Martin, Alec Martinez, Matt Niskanen, Brooks Orpik, Jeff Petry et Keith Yandle.

Attaquants

David Backes

Backes est un gros bonhomme qui joue un style demandant et a encaissé de nombreux coups d’épaule dans sa carrière, alors il est normal de se demander s’il est sur la pente descendante. Pour cette raison, je le préfère sur un troisième ou quatrième trio.

Tyler Johnson

Il connaît une saison à oublier, mais il est très rapide et créatif et pourrait être utile dans un tournoi regroupant autant de joueurs talentueux.

Patrick Kane

Carey Price était le meilleur joueur au monde il y a un an. Ce titre non-officiel appartient maintenant à Kane. Il est le meilleur manieur de rondelle et la meilleure arme offensive de son sport. Et il aura un très gros impact sur le parcours de son équipe.

Phil Kessel

C’est plutôt étrange de dire que Kessel n’est pas assuré d’un poste. Son étoile a beaucoup pâli au cours de la dernière année. Les Penguins de Pittsburgh ont reçu un Kessel qui ne performe pas au niveau espéré, plutôt qu’un des meilleurs francs-tireurs du circuit. Son tir demeure tout de même une arme redoutable. Les Américains espéreront qu’il retrouve sa touche.

Chris Kreider

J’ai failli choisir Bobby Ryan, mais j’ai opté pour un joueur avec un style différent. Kreider possède beaucoup de vitesse, il peut marquer et il amène de la hargne. Il serait un excellent joueur de quatrième trio sur cette équipe.

Kyle Okposo

Voici le troisième membre de ce qui pourrait être un excellent trio d’énergie, avec Backes et Kreider.

T.J. Oshie

«T.J. Sotchi» pourrait devenir «T.J. Coupe du monde», mais je le place quand même comme 13e attaquant. Ses mains et sa capacité à réussir des gros jeux amèneront une option de plus aux dirigeants.

Max Pacioretty

«Patches» sera assurément de la formation à mon avis. Il est l’un des buteurs les plus sous-estimés et est très apprécié par ses coéquipiers. Les joueurs des Canadiens de Montréal l’ont élu capitaine, devant P.K. Subban, souvenez-vous.

Zach Parise

Parise ne sera sûrement jamais aussi redoutable que lors des Olympiques de 2010. Il est un attaquant efficace, un leader et décoche beaucoup de tirs.

Joe Pavelski

Je pense que ce n’est pas tout le monde qui réalise à quel point il est bon. Pavelski possède un lancer dévastateur, il est dominant dans le cercle des mises en jeu, il peut jouer au centre et à l’aile...il a beaucoup de valeur. C’est un joueur très complet.

Derek Stepan

Stepan semble incapable d’afficher suffisamment de constance pour atteindre le plateau des 80 points avec les Rangers de New York. Mais les États-Unis ont besoin d’un joueur comme lui. Il est l’un des meilleurs fabricants de jeu de cette équipe.

James van Riemsdyk

N’oubliez pas «JVR» simplement parce qu’il est blessé depuis un bon moment. C’est un ailier très athlétique avec une touche autour du filet. Il excelle pour rediriger les rondelles vers la cage adverse.

Blake Wheeler

Wheeler figurait parmi les plus grands oubliés du dernier match des étoiles, mais il a au moins participé aux Olympiques en 2014. Il sera fortement considéré par les dirigeants. C’est un joueur unique, puissant et possédant d’excellentes mains et un sens offensif inné.

En considération: Justin Abdelkader, Cam Atkinson, Nick Bjugstad, Dustin Brown, Ryan Callahan, Charlie Coyle, Brandon Dubinsky, Nick Foligno, Jimmy Hayes, Kevin Hayes, Ryan Kesler, Anders Lee, Brock Nelson, Kyle Palmieri, Bobby Ryan, Craig Smith, Paul Stastny et Colin Wilson.

Consultez l'article original de The Hockey News : Projected World Cup roster : Team USA