Coupe du monde de hockey

Projection Coupe du monde : Équipe Canada

Matt Larkin | The Hockey News

Publié | Mis à jour

Pas d’autres hors-d’oeuvre, s’il vous plaît! C’est l’heure du plat principal. Nous pouvons débattre comme bon nous semble à propos de de la formation de la Coupe du monde 2016, mais rien ne surpasse les bons vieux arguments concernant l’équipe du Canada, le sujet de plusieurs discussions de taverne explosives.

La formation olympique de 2014 était pratiquement imbattable. Cela signifie-t-il qu’il faudrait ne pas faire des changements? Pas nécessairement. Les autres pays se sont améliorés depuis et quelques nouveaux talents d’ici ont trop bien joué pour demeurer dans l’oubli. Mon équipe potentielle du Canada comprend quelques surprises et une absence de taille. Allons-y pour ajouter de l’huile sur le feu dans la section des commentaires enflammés!

Et, pour l’amour du bon Dieu, aucun jeune de moins de 24 ans ne peut évoluer pour ce club. Cet avertissement ne semble pas avoir eu les effets escomptés quand j’ai présenté ma formation américaine, si je me fie à la rage dont j’ai été victime sur Twitter. Mais je vais encore m’essayer! Connor McDavid ne peut jouer pour le Canada, ni Aaron Ekblad, ni Nathan MacKinnon. Vous avez compris? Excellent! Que ça commence!

 

Formation

Brad Marchand – Sidney Crosby – Patrice Bergeron

Taylor Hall – Jonathan Toews – Steven Stamkos

Jamie Benn – Ryan Getzlaf – Corey Perry

Tyler Seguin– John Tavares– Jeff Carter

Claude Giroux



Duncan Keith – Shea Weber

Mark Giordano – Drew Doughty

P.K. Subban – Brent Burns

Alex Pietrangelo


Corey Crawford

Braden Holtby

Carey Price

 

Gardiens

Corey Crawford

Notre «Rodney Dangerfield» mérite du respect, donc j’espère qu’il aura sa chance à la Coupe du monde, même s’il n’obtient pas du temps de glace. Il est habitué de disputer des matchs avec beaucoup de pression au sein d’une équipe élite. Ainsi, le gardien des Blackhawks de Chicago devrait se sentir à la maison avec la formation canadienne.

Braden Holtby

Holtby est sans aucun doute le meneur pour l’obtention du poste de partant. Carey Price guérit lentement et, même si on le revoit avant la fin de la saison 2015-2016, il pourrait préférer garder son corps au repos avant la campagne 2016-2017. Holtby est clairement le meilleur gardien de la Ligue nationale (LNH) à tous les niveaux cette année. Il est donc un excellent choix pour mener le Canada à bon port.

Carey Price

Price n’a pas encore renoncé à son titre non officiel de «meilleur gardien de la planète quand il est en santé». Il a toujours le pouvoir de décrocher le poste de numéro 1 s’il se sent prêt. Grâce à une tenue digne d’un robot, il a été incroyablement bon pour le Canada aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014, conservant une moyenne de buts alloués de 0,59 et un taux d’efficacité de ,972.

En considération : Jake Allen, Devan Dubnyk, Marc-André Fleury, Roberto Luongo et Cam Ward.

Défenseurs

Brent Burns

Pour le «barbu», il est temps de récolter son dû. Il a été l’un des meilleurs arrières du hockey depuis qu’il a quitté la position d’avant au début de la saison 2014-2015. Il est formidable pour générer de l’attaque quand son équipe applique de la pression et il possède un lancer puissant. Il peut prôner aussi un style de jeu serré. Il y a tant de choses à aimer chez lui.

Drew Doughty

Un automatisme. Peu de joueurs dans le monde peuvent rendre le hockey aussi facile que lui. Il n’y a rien qu’il ne peut accomplir sur une patinoire. Il peut dominer à lui seul durant un match, même parmi ses collègues de l’élite.

Mark Giordano

Le Canada a besoin de défenseurs pouvant lancer de la gauche et Giordano a mérité sa chance. Il est un grand leader et une arme offensive potable. Par ailleurs, il représente le deuxième hockeyeur le plus âgé de ma formation. Il aura 32 ans lorsque le tournoi commencera.

Duncan Keith

À 33 ans, Keith sera le membre le plus vieux du Canada selon mes prévisions. Il demeure l’un des défenseurs les plus complets, s’il n’est pas le meilleur. Il est sans égal pour transporter la rondelle et réduire à néant l’opposition. Et il joue de très grosses minutes.

Alex Pietrangelo

Pietrangelo était un bon choix pour Sotchi. À 24 ans, il connaissait une saison digne de l’élite et il a fini cinquième au scrutin du trophée Norris. Son jeu a toutefois plafonné et même régressé un peu depuis. Sa portée et sa versatilité lui permettront probablement de se tailler une place, mais je lui ai réservé une place de septième défenseur.

P.K. Subban

Cette fois, Subban devrait être plus qu’un joueur d’arrière-banquette après avoir vu peu d’action à Sotchi. Il prend encore trop de chances, ce qui mène à des erreurs. Cependant, Subban ne serait pas Subban s’il ne faisait pas cela. Avec la rondelle, il est créatif et dangereux, tout en ayant un tir incroyable. Il sera isolé à cause de tous ces joueurs de renommée mondiale contre qui il faut éviter les risques.

Shea Weber

Toujours un surhomme étant plus imposant que n’importe quel défenseur, il mise encore sur son lancer foudroyant et ses coups vicieux. Il n’y a pas raison de séparer Weber et Keith après qu’ils eurent été si bons ensemble à Sotchi.

En considération : Tyson Barrie, Jay Bouwmeester, T.J. Brodie, Dan Hamhuis, Travis Hamonic, Kris Letang, Jake Muzzin, Brent Seabrook, Marc Staal et Marc-Édouard Vlasic.

Attaquants

Jamie Benn

Je n’ai pas du tout l’intention de discréditer Benn en le plaçant sur le troisième trio. Il est l’un des deux meilleurs ailiers gauches du hockey et sûrement le meilleur du Canada. Néanmoins, il a été si dominant aux côtés de Ryan Getzlaf et de Corey Perry que je ne peux trouver une raison de les séparer.

Patrice Bergeron

Afin de montrer toute la profondeur du Canada au centre, le meilleur hockeyeur de sa génération pour les mises au jeu n’évolue même pas au centre à forces égales. Bergeron et Sidney Crosby forment une brillante paire, donc laissons-les ensemble. Le Québécois sera donc à l’aile droite.

Jeff Carter

Les statistiques de la saison régulière égalent rarement le talent de Carter. Néanmoins, la même chose peut s’appliquer dans le cas de Doughty. Les deux sont des produits du système des Kings de Los Angeles. La vitesse, le lancer et la portée de Carter font encore de lui un atout pour le Canada. Certains soirs, il peut être littéralement en feu et constituer le meilleur attaquant sur la glace.

Sidney Crosby

Vous vous rappelez quand le joueur-vedette Crosby était «fini» il y a quelques mois? Ça fait un bout de temps! Il sera le visage de cette équipe et son capitaine, encore une fois.

Ryan Getzlaf

Getzlaf a probablement atteint son apogée en 2013-2014 lorsqu’il a inscrit 31 buts, un sommet en carrière, et terminé deuxième derrière Crosby avec 87 points. À 30 ans, il demeure dominant, mais aussi un hockeyeur gros et fort, un joueur pingre étant béni par d’excellentes habiletés de passeur.

Claude Giroux

Est-ce finalement le temps pour Claude? Ses habiletés pures de marqueur respectent certainement les standards de la puissante équipe du Canada. Il a également participé aux Championnats du monde en 2013 et 2015, amassant 18 points en autant de matchs. J’aime le voir comme joueur pouvant changer de position, lui qui peut autant être au centre qu’à l’aile droite.

Taylor Hall

Hall a encore beaucoup à faire défensivement et lui-même le sait. Il me l’a d’ailleurs mentionné le mois dernier. Il a précisé que son entraîneur Todd McLellan travaille avec lui pour l’aider à devenir meilleur dans les deux sens du jeu. Maintenant, peu importe ce problème, les habiletés et la rapidité de Hall sont-elles suffisantes pour lui permettre de se tailler une place? Le Canada a beaucoup d’attaquants comme lui.

Brad Marchand

Oh, place à la controverse! L’homme au gros nez sur le premier trio? Premièrement, sir Marchand obtient un poste, il pourrait se retrouver en compagnie de Bergeron, son coéquipier des Bruins de Boston. Deuxième, le Canada a déjà vu Crosby évoluer avec des compagnons plutôt étonnants. Celui-ci avait joué avec Bergeron et Chris Kunitz à Sotchi. Enfin, Marchand a mérité sa place. Il est près de réaliser sa première saison de 40 buts, il est rapide et très tenace avec la rondelle sur son bâton. D’ailleurs, il est formidable en termes de possession du disque. Lui, Crosby et Bergeron pourraient afficher un Corsi astronomique, autour de 65 %. Tout simplement dominant.

Corey Perry

Un excellent franc-tireur qui est très difficile à affronter. Les mains de Perry font de lui le spécialiste idéal pour le jeu de puissance. Je le laisse en compagnie de son coéquipier des Ducks Perry, même si Anaheim n’est pas à la hauteur ces jours-ci.

Tyler Seguin

Il y a eu des questions à propos de l’absence de Seguin, un être appréciant le plaisir, au sein de la formation à Sotchi. Pas cette fois-ci. Il est trop bon et est une machine à marquer dominante. Pour ce tournoi, il aura probablement à déménager à l’aile, ce qui est bien, car ses jeux effectués à la vitesse de l’éclair seront utiles à cet endroit. Et si le Canada a besoin d’une étincelle, il y a la possibilité de le jumeler à Benn, son partenaire d’armes à Dallas.

Steven Stamkos

Ce ne sont pas les Olympiques, mais la Coupe du monde offre une belle opportunité à Stamkos d’exceller sur une grande plate-forme, lui qui a manqué Sotchi à cause d’une fracture de la jambe. Il est tentant de l’essayer à l’aile droite aux côtés de Crosby, dois-je admettre.

John Tavares

Tavares pivoterait le premier trio de n’importe quelle formation de ce tournoi, mais ici, la compétition est féroce. Peut-être que l’entraîneur Mike Babcock pourrait le déplacer à l’aile afin qu’il ait plus de temps de glace. Certes, il le mérite.

Jonathan Toews

L’ancienneté vaudra probablement à Crosby le titre de capitaine. Dans tout autre cas, cette distinction reviendrait à Toews. Il jouera de grosses minutes en tant que joueur de centre d’un des deux premiers trios, en plus de remplir des missions défensives importantes.    

En considération : Logan Couture, Matt Duchene, Jordan Eberle, Brendan Gallagher, Mike Hoffman, Ryan Johansen, Andrew Ladd, Milan Lucic, Patrick Marleau, Rick Nash, Ryan O’Reilly, Jaden Schwartz, Patrick Sharp, Wayne Simmonds, Jeff Skinner, Joe Thornton et Tyler Toffoli.

Consultez l'article original de The Hockey News : Projected World cup 2016 roster : Team Canada