Coupe du monde de hockey

Projection Coupe du monde : équipe Europe

Matt Larkin / The Hockey News

Publié | Mis à jour

Notre projection des formations de la Coupe du monde de hockey continue avec la deuxième des deux équipes «amalgames»: celle d’Europe. Cette délégation peut piger parmi toutes les nations du continent autres que la Finlande, la Suède, la Russie et la République tchèque.

Elle sera composée d’un bon contingent de joueurs provenant de pays qui pourraient eux-mêmes tirer leur épingle du jeu à ce tournoi, incluant la Slovaquie, la Suisse et même le Danemark. Mélangeons tout cela, avec une pincée de Slovénie, un peu d’Allemagne ainsi que des morceaux de Norvège et d’Autriche, et voyons ce que cela donne.

Certains participants potentiels, notamment Mark Streit, se sont dit en défaveur du projet, espérant qu’ils pourraient plutôt représenter leur pays plutôt que leur continent. Tout de même, cette équipe pourrait composer sur papier une formation talentueuse. On peut critiquer la Ligue nationale comme on veut, mais l’Europe ressemble à une autre équipe qui a des chances d’être compétitive. La parité de ce tournoi est sans précédent.

Formation

Tomas Tatar – Anze Kopitar – Marian Hossa
Thomas Vanek – Leon Draisaitl – Mats Zuccarello
Mikkel Boedker – Frans Nielsen – Marian Gaborik
Nikolaj Ehlers – Lars Eller – Nino Niederreiter
Zemgus Girgensons

Roman Josi – Zdeno Chara
Andrej Sekera – Dennis Seidenberg
Mark Streit – Christian Ehrhoff
Yannick Weber

Frederik Andersen
Jaroslav Halak
Thomas Greiss

GARDIENS (3)

Frederik Andersen (Danemark)
Andersen n’a jamais été capable de se démarquer de John Gibson dans la course au filet des Ducks d’Anaheim. Il n’y a pas de gêne là-dedans. Gibson est un bon jeune gardien. Andersen a de bonnes capacités, même s’il n’est pas dominant. C’est à lui qui devra revenir la cage d’Équipe Europe. Toutefois, la compétition est serrée, alors il aura peu de marge de manœuvre.

Thomas Greiss (Allemagne)
Le choix facile aurait été un gardien établi comme Jonas Hiller, mais il est temps de donner à Greiss ce qu’il mérite. Il montre un taux d’efficacité étincelant de ,930, lui qui partage le filet à Brooklyn avec Jaroslav Halak. Greiss n’a pas beaucoup d’expérience comme partant dans la LNH, mais il est plus que bon pour obtenir le troisième poste.

Jaroslav Halak (Slovaquie)
Halak est le gardien idéal pour un court tournoi. Il est inconstant et sujet aux blessures, et c’est pourquoi il ferait un bon numéro 2, mais quand il est en forme, il est vraiment en forme. Si Andersen échoue, Halak pourrait prendre le relai.

En considération: Reto Berra, Philipp Grubauer, Kristers Gudlevskis, Jonas Hiller.

DÉFENSEURS (7)

Zdeno Chra (Slovaquie)
Le futur membre du Temple de la renommée aura 39 ans juste avant le tournoi et il n’est plus la montagne qui punit les meilleurs atouts des autres équipes. Il connaît, toutefois, une bonne saison offensive à Boston, montrant qu’il est loin d’être fini. Chara sera parmi les quatre premiers défenseurs de l’équipe et est un fort candidat pour le titre de capitaine.

Christian Ehrhoff (Allemagne)
Techniquement, Ehrhoff est un joueur de la Ligue américaine présentement, mais c’est seulement parce que les Kings de Los Angeles souhaitent enterrer son contrat. Ce n’est pas parce qu’il ne peut plus jouer au meilleur niveau. Il est juste de loin moins efficace qu’il l’était. Équipe Europe pourra tout de même se servir de sa mobilité et de sa maturité sur la seconde paire.  

Roman Josi (Suisse)
Équipe Europe ira aussi loin que M. Josi ira. Tranquillement, il s’affirme comme l’un des 15 meilleurs défenseurs de la planète. Il bouge la rondelle de belle façon et a un bon tir. Il est calme sous la pression et sera capable de jouer de longues minutes comme défenseur numéro 1.

Dennis Seidenberg (Allemagne)
Seidenberg n’apporte pas beaucoup offensivement et n’aura vraiment pas à la faire, puisque les Européens auront plusieurs défenseurs prolifiques au chapitre des points. Il apporte un aspect physique et n’a pas peur de bloquer des tirs. Toutefois, à la mi-trentaine, il commence à décliner.

Andrej Sekera (Slovaquie)
Sekera est le Ehrhoff des riches ou un Ehrhoff plus jeune, un défenseur qui tire de la gauche et qui peut rester de longues minutes sur la glace. Il fait tout bien, mais sans être extraordinaire. Sa première saison à Edmonton ne s’est pas passée comme prévu, mais ce n’est pas uniquement sa faute.

Mark Streit (Suisse)
Je pense que Streit acceptera une invitation même s’il a parlé contre le format de la Coupe du monde. Il est au crépuscule de sa carrière, mais il est encore capable d’être le quart-arrière de l’avantage numérique.

Yannick Weber (Suisse)
Weber a le dessus sur son coéquipier des Canucks de Vancouver Luca Sbisa pour être le seul droitier de l’Équipe Europe. Weber a aussi un tir lourd, ce qui en ferait un bon remplaçant sur l’avantage numérique si quelque chose devait arriver à Chara.

En considération: Korbinian Holzer, Martin Marincin, Andrej Meszaros, Mirco Mueller, Luca Sbisa, Lubomir Visnovsky.

ATTAQUANTS (13)

Mikkel Boedker (Danemark)
La vitesse de Boedker en fait un joueur qui pourrait obtenir du temps de jeu sur un des trois premiers trios, même s’il ne marque pas autant qu’il le devrait.

Leon Draisaitl (Allemagne)
Il y a un an, Draisaitl aurait eu peu de chances de faire l’équipe. Mais, il est gros et une belle arme offensive. Il a le talent de rendre les autres autour de lui meilleurs. Il commence seulement dans la LNH et sera amusant à regarder à la Coupe du monde.

Nikolaj Ehlers (Danemark)
L’équipe a de l’équipe à revendre, et Ehlers est sûrement même plus rapide que Boedker. Ehlers pourra miser sur son habileté naturelle à marquer s’il a sa chance sur les deux premiers trios, mais il semble plus probable qu’il joue un rôle restreint dans l’équipe, peut-être sur un trio d’énergie.

Lars Eller (Danemark)
Eller ne sera jamais un prolifique buteur, mais il peut tenir un bon rôle dans un match équilibré. Il est un joueur décent en possession de la rondelle et peut prendre des tours sur un trio qui fait de l’échec-avant.

Maria Gaborik (Slovaquie)
Gaborik peut encore voler, même si son corps commence à l’abandonner, et il peut encore marquer. L’entraîneur-chef Ralph Krueger pourrait essayer Gaborik avec son coéquipier des Kings Anze Kopitar. Marian Hossa et Mats Zuccarello lui livreront une chaude lutte pour le poste de premier ailier droit.

Zemgus Girgensons (Lettonie)
La progression de Girgensons semble stagner cette année à Buffalo, du moins offensivement. Il est toujours capable de décerner des mises en échec et le fait qu’il puisse jouer au centre et à l’aile fait de lui le parfait 13e attaquant.

Marian Hossa (Slovaquie)
Qu’est-ce qui résume le mieux le fait que Hossa soit sous-estimé? Même s’il marque moins cette année avec les Blackhawks de Chicago, mais cela n’affecte pas sa place sur Équipe Europe, puisqu’il est efficace aux deux extrémités de la patinoire, avec ou sans la rondelle. Hossa est un peu comme Pavel Datsyuk. Comme lui, le fait qu’il soit habile dans toutes les facettes du jeu lui permet de continuer à contribuer.

Anze Kopitar (Slovénie)
Kopitar est absolument indispensable aux succès d’Équipe Europe. Il se fera demander de marquer comme un joueur de centre de premier trio et aussi de défendre l’équipe contre les meilleurs joueurs des autres formations. Il en a tellement fait à Los Angeles, il n’y a aucune raison d’espérer moins en septembre.

Nino Neiderreiter (Suisse)
Il frappe comme un mur et peut avoir des éclairs de génie à l’attaque, même si c’est son outil le moins constant. Il sera un ajout dangereux à un trio d’énergie.

Frans Nielsen (Danemark)
Tellement sous-estimé et polyvalent. Nielsen peut jouer le rôle d’un buteur, sur l’avantage numérique, sur le désavantage numérique et comme spécialiste de la défensive... peu importe ce que Krueger souhaite. Nielsen est parfait pour le troisième trio.

Tomas Tatar (Slovaquie)
Thomas Vanek pourrait prendre sa place à l’aile gauche du premier trio si Tatar continue de connaître une mauvaise saison avec les Red Wings de Detroit. Tatar, toutefois, a été le meilleur des deux au cours des dernières campagnes et mérite le premier rôle.

Thomas Vanek (Autriche)
Les Européens comptent sur des joueurs rapides, mais sur peu de buteurs. Vanek, avec ses bonnes mains, est l’un d’eux. Il mérite une place parmi les six premiers attaquants.

Mats Zuccarello (Norvégien)
Zuccarello a tout pour s’illustrer dans ce tournoi. Il aime se salir le nez, il est compétitif et créatif offensivement. Idéalement, il pourra se trouver une place comme ailier droit sur le premier ou le deuxième trio. Cette équipe a besoin de lui.

En considération: Sven Baertschi, Marko Dano, Michael Grabner, Mikhail Grabovski, Jannik Hansen, Tomas Jurco, Richard Panik, Michael Raffl, Tobias Rieder, Antoine Roussel

Consultez l'article original de The Hockey News : Projected World Cup 2016 roster: Team Europe